January 7, 2019 / 12:25 PM / in 5 months

Barbarin assure n'avoir pas voulu protéger un pédophile

LYON (Reuters) - Le cardinal-archevêque de Lyon, Philippe Barbarin, a déclaré lundi n’avoir jamais cherché à cacher des faits de pédophilie, au début de son procès pour non-dénonciation d’agressions sexuelles et non-assistance à personnes en péril.

Le cardinal-archevêque de Lyon, Philippe Barbarin, a déclaré lundi n'avoir jamais cherché à cacher des faits de pédophilie, au début de son procès pour non-dénonciation d’agressions sexuelles et non-assistance à personnes en péril. /Photo prise le 7 janvier 2019/REUTERS/Emmanuel Foudrot

L’homme d’Eglise est poursuivi devant le tribunal correctionnel de Lyon pour sa gestion de l’affaire Bernard Preynat, du nom d’un prêtre soupçonné d’avoir abusé sexuellement de dizaines de jeunes scouts placés sous sa responsabilité.

Alexandre Hezez, 38 ans, est une des victimes présumées du prêtre mais les faits sont prescrits. Il a en revanche porté plainte contre Philippe Barbarin, qui aurait dû selon lui agir pour empêcher Bernard Preynat de sévir.

“Je n’ai jamais cherché à cacher ni à couvrir les faits”, a dit Philippe Barbarin. “Et je me félicite de l’intervention de la justice dans cette affaire mais je ne pensais pas que c’était à moi de porter plainte d’autant qu’on avait dit à cette victime qu’il était trop tard pour agir.”

“Je ne vois pas de quoi je suis coupable”, a-t-il ajouté.

Le cardinal, en poste à Lyon depuis 2002, a condamné “ces actes honteux et effroyables qu’on a fait subir à ces enfants (...) d’autant que c’est un homme de Dieu qui les a trahi et a brisé l’innocence sacrée de ces enfants”.

Il s’est expliqué longuement sur le déroulé des faits, racontant, comment, en 2002, à son arrivée, il était allé rendre visite au père Preynat dans sa paroisse sans avoir l’idée de consulter son dossier dans lequel figurait pourtant un courrier des parents d’une victime dénonçant les tendances du prêtre.

Il assure n’avoir été informé officiellement des agissements du père Preynat qu’en 2014, faisant fi des “rumeurs” qui circulaient pourtant sur cet homme.

“Alexandre Hezez s’en voulait de ne pas avoir dénoncé les faits devant la justice avant ses 38 ans, soit avant la prescription des faits. Je l’ai alors encouragé à trouver des victimes plus jeunes pour des faits non prescrits, ce qu’il a fait, et grâce à ça, Bernard Preynat a été poursuivi”, a-t-il dit.

Le cardinal Barbarin a dit avoir demandé à Alexandre Hezez d’écrire un témoignage précis des faits afin de le transmettre à ses instances. “Rome a répondu début 2015 de faire cesser les fonctions de Preynat. J’ai donc retiré sa paroisse à Bernard Preynat”.

Mais les plaignants lui reprochent aujourd’hui d’avoir attendu six mois avant de passer aux actes et de suivre les indications du Vatican. “C’était pour éviter le scandale public, comme l’avait suggéré Rome”, s’est défendu Philippe Barbarin.

Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below