November 27, 2018 / 5:20 PM / 16 days ago

Situation tendue à La Réunion avant l’arrivée d’Annick Girardin

Annick Girardin, ministre des Outre-mer, arrive mercredi à La Réunion où des affrontements ont éclaté mardi sur plusieurs barrages routiers entre "Gilets jaunes" et forces de l’ordre, au onzième jour du mouvement social qui paralyse l’île. /Photo d'archives/REUTERS/Stéphane Mahé

SAINT-DENIS-DE-LA-REUNION (Reuters) - Annick Girardin, ministre des Outre-mer, arrive mercredi à La Réunion où des affrontements ont éclaté mardi sur plusieurs barrages routiers entre “Gilets jaunes” et forces de l’ordre, au onzième jour du mouvement social qui paralyse l’île.

Contrairement aux journées précédentes, les gendarmes mobiles ont chargé pour lever des barrages sur les routes nationales, en plusieurs endroits de l’île. Un collectif de “Gilets jaunes” a condamné “avec fermeté l’attitude militaire de l’Etat face à un mouvement pacifique et structuré”.

Dans une interview accordée à franceinfo, à Paris, en milieu de journée, la ministre des Outre-mer a réaffirmé sa volonté d’aller à la rencontre des Réunionnais “sur tout le territoire”, à commencer par “les premiers Gilets jaunes” qu’elle rencontrera sur le barrage qui filtre depuis le 17 novembre l’accès à l’aéroport Roland-Garros de Saint-Denis.

Annick Girardin a également annoncé qu’elle apporterait “des réponses sur l’emploi et sur le pouvoir d’achat” aux revendications multiples et peu précises des “Gilets jaunes” réunionnais.

La ministre de l’Outre-mer dénie avoir “sous-estimé la colère” insulaire et se prépare à une difficile gestion de crise, à l’image de celle à laquelle elle a été confrontée en mars dernier à Mayotte, l’autre département français de l’océan Indien.

Les “Gilets jaunes” ont continué à lancer des appels à la mobilisation alors que de nombreuses collectivités ont annoncé la fermeture de leurs services, mercredi, et que les portes des établissements scolaires et de l’université resteront closes.

Une intersyndicale regroupant les principales organisations de salariés appelle ces derniers “à se joindre massivement aux manifestations” de mercredi.

Les dockers de la CGT réunionnaise ont pour leur part annoncé qu’ils prendraient le relais des “Gilets jaunes” si ceux-ci étaient délogés du barrage qui bloque l’accès au port de commerce de l’île depuis une semaine.

La ministre des Outre-mer aura aussi à répondre à l’inquiétude grandissante du monde économique, pour lequel la préfecture a activé de premières mesures d’urgence (traitement accéléré des demandes de chômage partiel, échéanciers pour le paiement des cotisations sociales…).

Bernard Grollier, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below