November 25, 2018 / 3:44 PM / 21 days ago

Gilets jaunes: Appel à une nouvelle mobilisation le 1/12

PARIS (Reuters) - Un appel à une nouvelle mobilisation des Gilets jaunes samedi prochain a été lancé dimanche sur les réseaux sociaux au lendemain d’une journée de manifestations dont la plus symbolique, sur les Champs-Elysées à Paris, a dégénéré en affrontements avec les forces de l’ordre.

Un appel à une nouvelle mobilisation des Gilets jaunes samedi prochain a été lancé dimanche sur les réseaux sociaux au lendemain d'une journée de manifestations. /Photo prise le 24 novembre 2018/REUTERS/Benoît Tessier

La préfecture de police de Paris a fait état dimanche matin d’un dernier bilan de 103 interpellations, dont 101 ont été suivies d’une garde à vue. Cinq gendarmes figurent au nombre des 24 blessés recensés.

Quelque 106.000 personnes, dont 8.000 à Paris, ont manifesté samedi en 1.619 points du territoire français, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, soit un tiers de la mobilisation constatée une semaine plus tôt.

Interrogé sur BFMTV, le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a condamné les violences parisiennes.

“J’ai vu des casseurs, des extrémistes, une violence qui n’est pas acceptable”, a-t-il dit.

Pour le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, “ce ne sont pas des gilets jaunes qui ont manifesté c’est la peste brune qui a manifesté” à Paris. La peste brune désignait le nazisme pendant la Seconde guerre mondiale.

“Ceux qui étaient sur les Champs-Elysées, je ne les confonds pas du tout avec les Gilets jaunes (...) Ce sont des manifestants, des casseurs professionnels”, a-t-il dit lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

Un appel en faveur d’un “Acte 3” de la mobilisation pour samedi 1er décembre a été lancé dimanche sur la page Facebook des Gilets jaunes, avec comme mot d’ordre “1- Plus de pouvoir d’Achat, 2- L’Annulation des taxes sur les Carburants, sinon En Marche vers la Démission de Macron”.

Vingt mille personnes ont réagi en déclarant vouloir y participer.

“REDONNER DES PERSPECTIVES”

S’exprimant à Bruxelles après le sommet européen qui a validé l’accord organisant le retrait de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, le président Emmanuel Macron a fait allusion au mouvement de protestation en le replaçant dans un contexte européen.

“Dans toutes nos démocraties, il est clair que notre devoir est de réussir à redonner aux classes populaires et aux classes moyennes des perspectives”, a-t-il dit. “Force est de constater qu’à ce stade nous n’avons pas réussi à construire un nouveau modèle de développement économique inclusif”.

Le chef de l’Etat, qui doit préciser mardi la façon dont son gouvernement compte mener la transition écologique, devrait mettre en place à cette occasion un Haut conseil pour le climat regroupant des experts et des personnalités comme Laurence Tubiana, ambassadrice de la COP 21, et l’écologiste Pascal Canfin, directeur pour la France du WWF.

Selon le Journal du dimanche, qui cite l’Elysée, cette instance rattachée à Matignon sera dotée de moyens, pourra intervenir “sur toutes les politiques publiques”, leur élaboration et leur évaluation, et devra s’assurer de la “soutenabilité sociale et économique de ces politiques”.

“À CÔTÉ DE LA PLAQUE”

Pour autant, l’exécutif ne renonce pas à la nouvelle hausse des taxes sur les carburants programmée pour 2019.

“C’est peut être sur les mesures d’accompagnement qu’on peut s’entendre, mais le cap de la transition énergétique doit être tenu”, a souligné Bruno Le Maire, pour qui la crise actuelle “dépasse de loin la question des carburants”.

Le ministre de l’Economie et des Finances a appelé de ses voeux une “réponse citoyenne”. Il a proposé d’”organiser dans les territoires, au plus près des Français, des rencontres avec ceux qui ont quelque chose à dire”, en y associant les forces économiques, afin de “construire les solutions les plus adéquates”.

Le socialiste André Laignel, premier vice-président de l’Association des maires de France (AMF), a proposé de son côté «avec de nombreux maires (...) la tenue d’états généraux du pouvoir d’achat et du financement de la transition écologique”.

«Il faut entendre le ras-le-bol et parfois la désespérance de nos concitoyens”, a dit le maire d’Issoudun (Indre), “pour éviter que la situation ne s’aggrave, il faut écouter les Français, qu’ils soient manifestants ou non”.

L’ancienne ministre de l’Ecologie Ségolène Royal a appelé le gouvernement à renoncer à la hausse des taxes sur les carburants.

“Il vaut mieux savoir retirer une réforme avant d’avoir l’exaspération plus la convergence avec des casseurs qui viennent profiter de tout”, a-t-elle déclaré sur France 3.

“On ne peut pas demander aux citoyens de s’occuper du réchauffement climatique, c’est-à-dire la fin du monde, quand la peur au quotidien, c’est la peur des fins de mois”, a-t-elle fait valoir. “Si on n’entend pas ça, on est a côté de la plaque.”

Yann Le Guernigou, avec Myriam Rivet à Paris, Jean-Baptiste Vey à Bruxelles et Morad Guichard à Orléans, édité par Danielle Rouquié

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below