November 24, 2018 / 4:02 PM / 17 days ago

La Réunion toujours bloquée par les "Gilets jaunes"

SAINT-DENIS-DE-LA-REUNION (Reuters) - Les “Gilets jaunes” ont tenu samedi une quinzaine des barrages routiers sur les axes principaux de l’île de La Réunion, mais la journée s’est déroulée sans incident notable, même si la pénurie de carburant fait sentir ses premiers effets.

Les "Gilets jaunes" ont tenu samedi une quinzaine des barrages routiers sur les axes principaux de l'île de La Réunion, mais la journée s'est déroulée sans incident notable, même si la pénurie de carburant fait sentir ses premiers effets. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Deux grands rassemblements festifs ont été organisés dans la journée devant la préfecture de Saint-Denis et au Port, où les accès du port de commerce sont bloqués depuis le début de la semaine.

A Saint-Denis, le préfet de l’île est allé à la rencontre des manifestants dans la matinée, se félicitant de disposer enfin “d’un document qui synthétise toutes les attentes exprimées sur les différents barrages de l’île”.

Les revendications des “Gilets jaunes” réunionnais sont pour l’instant très générales, portant à la fois sur la baisse des prix et des taxes, sur l’augmentation du SMIC, des retraites et des aides sociales.

Au Port, un affrontement a opposé en fin de journée des manifestants et les forces de l’ordre regroupées devant le dépôt pétrolier. Depuis son déblocage il y a deux jours, ce dépôt n’approvisionnait que les stations-service réquisitionnées pour ravitailler les véhicules de secours et d’urgence. Les autres étaient pour la plupart en rupture de carburant, samedi.

Alors que de longues files d’attente se formaient devant certaines d’entre elles, la préfecture a diffusé en fin de journée une liste de 26 stations-service ouvertes à la population qui devraient être approvisionnées sous peu.

Les Réunionnais ont pu faire leurs courses, samedi, dans les commerces et les grandes surfaces qui ont été approvisionnés.

Après une semaine de quasi-paralysie de l’économie et de fermeture des établissements scolaires, aucune perspective de sortie de crise ne se profile dans l’immédiat.

La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, doit arriver dans l’île en milieu de semaine prochaine. Elle devra faire face aux revendications des “Gilets jaunes” mais aussi aux demandes d’aides d’urgence du monde économique.

“La décision d’une reprise échelonnée des établissements scolaires sera examinée en cours de week-end”, a indiqué samedi la préfecture, soulignant qu’”un retour à la normale des activités sur l’île ne pourra se faire que de manière progressive, quels que soient les évènements à venir”.

Bernard Grollier, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below