November 23, 2018 / 8:39 PM / 25 days ago

Passe d'armes entre Darmanin et le Sénat à propos des maires

La présidence du Sénat a vivement protesté vendredi, à l'occasion du vote d'un amendement, contre ce qu'elle considère comme un manque de considération du ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, à l'égard des maires des petites communes. /Photo prise le 23 octobre 2018/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - La présidence du Sénat a vivement protesté vendredi, à l’occasion du vote d’un amendement, contre ce qu’elle considère comme un manque de considération du ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, à l’égard des maires des petites communes.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi de Finances 2019, la chambre haute, dominée par la droite, a voté à l’unanimité un amendement visant à rétablir un abattement supprimé il y a deux ans sur les indemnités perçues par les élus locaux, notamment les maires des petites communes.

“À l’initiative des Républicains, le Sénat vient de voter une augmentation de 125% de la déduction fiscale des élus, qui revient à les exonérer d’impôt jusqu’à 1500€/mois sur leurs indemnités ! Je m’y opposerai évidemment en seconde lecture à l’Assemblée nationale”, a aussitôt réagi Gérald Darmanin sur Twitter.

Ce message a provoqué la colère des sénateurs, qui ont brièvement interrompu la séance en signe de protestation.

“Le tweet de M. Darmanin est une provocation, une incitation au populisme”, a déclaré devant ses pairs le président du groupe LR au Sénat, Bruno Retailleau, fustigeant un ministre “qui fait la politique du tweet pour taper les élus. Alors y en a marre.”

“Nous n’avons pas demandé un privilège fiscal particulier (...) Nous avons constaté que des élus, notamment des maires de petites communes, se trouvaient fiscalement matraqués par une mesure encore une fois mal cadrée. Nous demandons simplement à revenir (sur) cette réforme”, a-t-il expliqué.

Pour Bruno Retailleau, Gérald Darmanin, fait de “l’élu bashing, c’est intolérable”.

Dans son communiqué, le président LR du Sénat, Gérard Larcher, juge que “la représentation nationale mérite mieux en réponse qu’un tweet sibyllin du ministre Darmanin absent des débats, qui une nouvelle fois exprime le peu de considération qu’il porte aux élus locaux en charge de la gestion du quotidien de nos compatriotes.”

Lors d’une rencontre avec quelque 2.000 maires, mercredi à l’Elysée, Emmanuel Macron a promis à des édiles “fatigués” un “changement de méthode” de travail à même de tourner la page de seize mois de crispations et d’incompréhensions.

Elizabeth Pineau, édité par Jean-Philippe Lefief

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below