November 22, 2018 / 12:31 PM / 18 days ago

Lancement d'un site pour aider à sortir du glyphosate

PARIS (Reuters) - “Glyphosate objectif 2020” : promis début octobre par Emmanuel Macron, le site internet visant à donner de la visibilité aux agriculteurs français abandonnant cet herbicide controversé et à accompagner les autres a été mis en ligne ce jeudi.

"Glyphosate objectif 2020" : promis début octobre par Emmanuel Macron, le site internet visant à donner de la visibilité aux agriculteurs français abandonnant cet herbicide controversé et à accompagner les autres a été mis en ligne ce jeudi. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

“L’objectif de www.glyphosate.gouv.fr, c’est d’avoir un site déclaratif où chaque agriculteur qui le souhaite peut s’engager soit à dire qu’il est déjà sorti du glyphosate, soit à dire qu’il s’engage à en sortir à trois ans”, dit-on à l’Elysée.

Aux côtés de ces deux compteurs, actualisés en temps réel, une carte de France permettra de voir le nombre de parcelles, par département, déclarées sans glyphosate, principale substance de l’herbicide Roundup de Monsanto, ajoute-t-on.

Parallèlement à ce volet engagement, le site proposera à partir du premier semestre 2019 un volet accompagnement, en lien avec la “banque de ressources techniques” qui doit voir le jour d’ici la fin de l’année.

“L’idée c’est d’essaimer les bonnes pratiques, responsabiliser et être dans la dynamique du changement”, souligne-t-on à l’Elysée. Au-delà du nombre d’agriculteurs qui s’engageront en ligne, l’objectif final “reste l’interdiction à trois ans ; on sera jugé sur pièces à ce moment-là”.

A l’heure actuelle, aucune donnée officielle n’est disponible concernant le nombre d’agriculteurs français ayant abandonné le glyphosate, classé en 2015 “cancérigène probable” par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Ce site permettra donc de quantifier leur nombre, note-t-on à l’Elysée, où l’on précise que quelque 25.000 exploitations bio pourront d’ores et déjà s’inscrire dans cette démarche.

“METTRE LA PRESSION”

Le lancement de cette plateforme avait été annoncé début octobre par le chef de l’Etat lors d’une visite à Station F à Paris. “Tous les agriculteurs qui sont prêts à y aller s’inscrivent, rendent la chose visible, mettent la pression sur les autres, créent de la traçabilité pour dire tout ce qui est fait sans glyphosate”, avait déclaré Emmanuel Macron.

Le chef de l’Etat s’est engagé fin 2017 à interdire l’usage du glyphosate en France d’ici trois ans - contre cinq ans pour les autres pays de l’Union européenne - tout en prévoyant une dérogation pour les “10%” de cas où il n’y aurait pas d’alternative pour les agriculteurs français.”

Pour y parvenir, le gouvernement prévoit d’augmenter au 1er janvier la redevance pour pollution diffuse des phytosanitaires. Cette redevance sera relevée de 50%, soit un euro de plus par kilo, pour le glyphosate, a indiqué le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy début novembre.

“Cette taxe permettra de financer, à hauteur de 50 millions d’euros par an, le développement de l’agriculture biologique en plus des 71 millions euros consacrés au programme Ecophyto pour la réduction d’usage des produits phytosanitaires”, a-t-il déclaré devant la mission d’information sur le suivi de la stratégie de sortie du glyphosate, à l’Assemblée.

Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below