November 22, 2018 / 12:31 PM / a month ago

Les "Gilets jaunes" sur le Champ-de-Mars à Paris samedi

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a annoncé jeudi qu’il autorisait un rassemblement de “Gilets jaunes” samedi sur le Champ-de-Mars à Paris mais l’a exclu place de la Concorde, lieu symbolique de la capitale, a déclaré jeudi le ministère de l’Intérieur.

Le gouvernement a annoncé jeudi qu'il autorisait un rassemblement de "Gilets jaunes" samedi sur le Champ-de-Mars à Paris mais l'a exclu place de la Concorde, lieu symbolique de la capitale. /Photo prise le 22 novembre 2018/REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Des appels à manifester à Paris samedi contre la hausse des prix des carburants, point d’orgue d’une semaine de blocages, ont été lancés sur les réseaux sociaux.

Malgré les nombreux incidents auxquels ont donné lieu les actions des “Gilets jaunes”, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, et son secrétaire d’Etat, Laurent Nuñez, font savoir dans un communiqué qu’il n’est pas question d’interdire la manifestation prévue samedi.

“Il est en revanche exclu qu’elle se déroule place de la Concorde, pour d’évidentes raisons de sécurité”, ajoute le ministère de l’Intérieur.

La place de la Concorde, en bas des Champs-Elysées, est notamment proche de l’Elysée et de l’Assemblée nationale et, lors du lancement du mouvement des “Gilets jaunes” samedi dernier, de nombreux manifestants s’étaient retrouvés sur ces lieux symboliques face aux forces de l’ordre.

“Plusieurs demandes ont été déposées pour organiser cette manifestation au Champ-de-Mars. Ce lieu offrant les conditions de sécurité nécessaires, il pourra accueillir les manifestants”, ajoute en revanche le ministère.

“Un dispositif de sécurité sera mis en place pour protéger les lieux sensibles de la capitale, les routes, les gares et chemins de fer qui y mènent, ainsi que les plateformes logistiques”, ajoute-t-il.

Christophe Castaner et Laurent Nuñez rappellent dans ce communiqué que la semaine de manifestations qui vient de s’écouler s’est traduite par un “lourd bilan humain”, ce qui “démontre l’impérieuse nécessité d’organiser et d’encadrer les rassemblements pour assurer la protection de tous”.

Cette exigence s’impose d’autant plus que le mouvement des se déroule dans le contexte d’une “menace terroriste forte”, font-ils valoir.

Ils promettent une “réponse judiciaire intraitable” en cas de troubles et en appellent à “la responsabilité de chacun”.

Selon le ministère de l’Intérieur, les incidents qui ont émaillé les actions des “Gilets jaunes” depuis samedi dernier ont fait deux morts, 606 blessés, dont 17 graves parmi les manifestants, 134 blessés, dont trois graves parmi les forces de l’ordre, 795 interpellations et 605 gardes à vue.

Emmanuel Jarry

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below