November 20, 2018 / 11:58 AM / 22 days ago

L'Aquarius mis sous séquestre, SOS Méditerranée proteste

MARSEILLE (Reuters) - SOS Méditerranée a annoncé mardi apporter un “soutien ferme” à son partenaire Médecins sans Frontières (MSF) visé par une décision des autorités italiennes qui ont ordonné le placement sous séquestre du navire Aquarius bloqué à quai à Marseille.

SOS Méditerranée a annoncé mardi apporter un "soutien ferme" à son partenaire Médecins sans Frontières (MSF) visé par une décision des autorités italiennes qui ont ordonné le placement sous séquestre du navire Aquarius bloqué à quai à Marseille. /Photo prise le 6 octobre 2018/REUTERS/Jean-Paul Pelissier

“Nous réfutons catégoriquement toute accusation de participation à des activités illégales”, précise l’organisation humanitaire dans un communiqué.

“L’Aquarius a toujours suivi des procédures rigoureuses dans ses activités portuaires, qui n’avaient pas été remises en question par les autorités jusqu’alors”, ajoute-t-il.

Une enquête du procureur de Catane, au sujet du tri non conforme des déchets du navire, évoque des allégations de profits illégaux, qui ont mené à la décision des autorités judiciaires italiennes de demander la saisie de l’Aquarius, dit-on de même source.

Une accusation que réfute SOS Méditerranée, qui voit dans cette décision une nouvelle “attaque politique” destinée à éviter une reprise de sa mission de sauvetage de migrants au large des côtes libyennes.

Dans un communiqué, le parquet de Catane a déclaré que l’Aquarius et le VOS Prudence, un autre navire de MSF, s’étaient illégalement débarrassé de 24 tonnes de déchets, dont des déchets médicaux potentiellement dangereux, dans 11 ports d’Italie. En omettant de déclarer l’éventuelle dangerosité de ces déchets, les opérateurs du navire ont évité de payer 460.000 euros de coûts d’élimination.

Vingt-quatre personnes, dont deux agents de transport maritime italiens, font l’objet d’investigations préliminaires, ont ajouté les procureurs siciliens.

Le vice-président du Conseil et dirigeant d’extrême droite Matteo Salvini s’est félicité des décisions du parquet de Catane. “J’ai bien fait de bloquer les navires des ONG. Je n’ai pas seulement stoppé le trafic de migrants clandestins mais aussi, à ce qui semble, aussi celui de déchets toxiques”, s’est réjoui Salvini, qui est également ministre de l’Intérieur.

“C’est une nouvelle offensive dans la série d’attaques qui criminalisent l’aide humanitaire en mer”, a déclaré pour sa part le directeur des opérations de SOS Méditerranée, Frédéric Penard.

L’ONG a dit soutenir les efforts entrepris par MSF pour faire appel de la décision de la justice italienne.

“Face à une nouvelle attaque pour des motifs politiques, nous attendons des autorités françaises qu’elles fassent preuve de clairvoyance dans la mise en oeuvre de cette décision, alors que l’Aquarius est à quai dans le port de Marseille”, indique le communiqué.

L’Aquarius, bloqué à quai à Marseille, son port d’attache, ne peut reprendre la mer après le retrait de son pavillon panaméen qui l’a contraint à interrompre sa mission de sauvetage au large des côtes libyennes.

Selon l’ONG, plus de 15.000 hommes, femmes et enfants sont morts depuis quatre ans, noyés en Méditerranée en tentant la traversée sur des embarcations de fortune.

Jean-François Rosnoblet à Marseille, Davide Barbuscia à Rome, Jean-Stéphane Brosse pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below