November 15, 2018 / 3:26 PM / 25 days ago

Le bâtiment s'insurge contre la fin d'un crédit d'impôt vert

PARIS (Reuters) - La filière française du bâtiment a déploré jeudi l’incohérence de la politique de soutien à la rénovation énergétique après l’annonce d’un report à 2020 de la transformation en prime du Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE).

La filière française du bâtiment a déploré jeudi l'incohérence de la politique de soutien à la rénovation énergétique après l'annonce d'un report à 2020 de la transformation en prime du Crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE). /Photo prise le 24 septembre 2018/REUTERS/Eric Gaillard

A l’heure où l’exécutif a annoncé des aides de l’ordre de 500 millions d’euros pour répondre à la contestation populaire sur la hausse des prix des carburants, la fin de ce crédit d’impôt pour l’isolation des fenêtres, qui coûtait près de 800 millions, est dénoncé comme une contradiction.

Prolongé en 2018, le CITE a été amputé cette année de deux postes, les dépenses liées à l’acquisition de chaudières à fioul à haute performance énergétique et celles liées aux matériaux d’isolation des fenêtres, volets et portes d’entrée.

Pour les fenêtres, un crédit d’impôt réduit de 30 à 15% a été maintenu jusqu’au 30 juin dernier pour le remplacement des simples vitrages par des doubles, avant sa suppression totale.

Faute d’avancée sur la prime dite “Hulot” à la transition, la profession demandait le rétablissement l’an prochain d’un CITE complet. A la suite d’une rencontre avec François de Rugy, des acteurs avaient annoncé avoir obtenu du ministre de la Transition écologique l’introduction d’un amendement au projet de loi de finances élargissant le crédit d’impôt aux fenêtres.

Mais le gouvernement y est opposé.

“Jusque-là, le dispositif était surtout utilisé par des ménages aisés, avec donc peu d’effets vraiment déclencheurs et un rapport coût/efficacité même assez mauvais sur certains travaux, notamment ceux concernant les fenêtres”, explique-t-on dans l’entourage du Premier ministre Edouard Philippe.

“Nous avons décidé d’engager avec les acteurs un travail pour poursuivre ces transformations afin d’en faire une prime forfaitaire en 2020 qui sera versée aux ménages modestes”, ajoute-t-on.

Ces explications laissent cependant amer le président de la Fédération française du bâtiment (FFB), Jacques Chanut, qui conteste cette analyse et souligne que le remplacement des simples vitrages, l’un des travaux d’amélioration énergétique les plus élémentaires et les plus efficaces, est loin d’être réservé aux plus riches.

“Quand on dit ‘on en reparlera dans un an ou deux’, très sincèrement, on n’y croit pas. Déjà cette année on nous avait dit la suspension du crédit d’impôt sur les fenêtres est provisoire”, a-t-il déclaré sur RTL.

“Au moment où les taxes augmentent soi-disant pour financer un politique proactive concernant la transition énergétique, je crois qu’il y a un contresens, une incohérence qu’il faut aujourd’hui relever”, poursuit-il. “J’espère que le ministre aura suffisamment de poids pour avoir un arbitrage favorable, ce n’est pas le cas aujourd’hui, sinon on compte réellement sur les parlementaires.”

Julie Carriat, avec Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below