November 14, 2018 / 3:39 PM / a month ago

Vers la création d'une assemblée parlementaire franco-allemande

Les présidents de l'Assemblée nationale française et du Bundestag allemand, Richard Ferrand et Wolfgang Schäuble, ont entériné mercredi à Paris l'idée d'une assemblée franco-allemande appelée à voir le jour en janvier prochain. /Photo d'archives/REUTERS/Pawel Kopczynski

PARIS (Reuters) - Les présidents de l’Assemblée nationale française et du Bundestag allemand, Richard Ferrand et Wolfgang Schäuble, ont entériné mercredi à Paris l’idée d’une assemblée franco-allemande appelée à voir le jour en janvier prochain.

Composée d’une centaine de députés - 50 pour chaque pays - et dirigée par les présidents des deux chambres, elle se réunira deux fois par an alternativement de part et d’autre du Rhin.

Un accord en ce sens, fruit des réflexions d’un groupe de travail franco-allemand, a été signé dans le but de “faire converger les positions française et allemande à l’échelle européenne”.

L’une des idées forces, exprimée dans une tribune de Richard Ferrand et Wolfgang Schäuble publiée dimanche dans Le Parisien et Der Tagesspiegel, est que les deux pays “adoptent davantage de décisions de manière simultanée, concertée et, lorsque c’est possible, en terme identiques”.

L’Assemblée binationale sera compétente pour suivre les activités des conseils des ministres franco-allemands et du conseil franco-allemand de sécurité, précisent les deux présidents dans un communiqué commun.

Elle pourra aussi suivre les sujets “présentant un intérêt commun (y compris la politique étrangère, de sécurité et de défense européenne commune)” et “formuler des propositions sur les questions intéressant les relations franco-allemandes en vue de tendre vers une convergence des droits français et allemand”, ajoutent les deux dirigeants, qui devaient se rendre ensemble mercredi soir à Berlin.

Pour le député MoDem Jean-Louis Bourlanges, il est important que cette nouvelle entité, liée à l’histoire des deux pays, n’entre pas en concurrence avec le Parlement européen.

“Les rapports franco-allemands ont été trop monopolisés par les gouvernements”, a dit à Reuters l’ancien député européen. “Les représentations nationales ont besoin de contacts étroits, de relations régulières, mais n’y voyons surtout pas une mise en concurrence avec le Parlement européen.”

Un nouveau traité de l’Elysée scellant l’amitié franco-allemande - rénovant celui construit en 1963 - doit être signé le 22 janvier prochain.

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below