November 13, 2018 / 4:57 PM / a month ago

L'Elysée se dit prête à accréditer RT France et Sputnik

L'Elysée est favorable à l'idée d'accorder des accréditations à RT France et Sputnik, a déclaré mardi un conseiller d'Emmanuel Macron, revenant sur la décision initiale de la présidence française de tenir à l'écart ces deux médias russes qualifiés par Paris d'"organes de propagande". /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes

PARIS (Reuters) - L’Elysée est favorable à l’idée d’accorder des accréditations à RT France et Sputnik, a déclaré mardi un conseiller d’Emmanuel Macron, revenant sur la décision initiale de la présidence française de tenir à l’écart ces deux médias russes qualifiés par Paris d’”organes de propagande”.

“Chez RT France et Sputnik, il y a un historique. L’historique, c’est quand, à la fin de la campagne présidentielle, il y a eu une avalanche de fake news (...) les relais privilégiés de ces fake news furent ces médias”, a dit ce conseiller à des journalistes à Paris.

“A ma connaissance, le fait que RT France comme Sputnik décident de se faire les vecteurs d’une campagne de désinformation visant le candidat Macron, ça, ça n’a jamais été purgé”, a-t-il poursuivi.

“Ensuite, moi j’entends ce point sur le fait qu’au fond, puisqu’ils sont accrédités par le CSA, qu’ils ont leur fréquence, qu’est-ce que ça change qu’on les accrédite ou pas ?” a demandé ce conseiller.

“Donc je suis assez favorable à ce qu’on fasse en effet tomber cet interdit, de fait les deux médias ont été accrédités le 11 novembre pour la première fois, et ma foi je préfère guérir que prévenir, en l’occurrence et donc on verra comment ils se comportent au fur et à mesure que les accréditations” leur seront données.

Financées par le Kremlin, la chaîne de télévision RT France et l’agence de presse Sputnik ont été accusées à plusieurs reprises par Emmanuel Macron et son équipe d’avoir propagé des informations trompeuses lors de la campagne présidentielle de 2017.

Le gouvernement russe s’était défendu à l’époque de toute ingérence dans la campagne et la porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe avait dénoncé la décision de l’équipe d’En Marche! de tenir les deux médias à l’écart, y voyant une violation “scandaleuse” de la liberté de la presse.

La question de ces deux médias avait été évoquée en mai 2017 lors du premier tête-à-tête à Versailles entre Emmanuel Macron et le président russe. Le chef de l’Etat avait fustigé, devant son homologue, l’attitude de Russia Today et de Sputnik, “organes d’influence” à l’origine de “contre-vérités infamantes”.

Fin juin, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a annoncé avoir adressé une mise en demeure à RT France pour manquements à l’honnêteté et à la rigueur de l’information après la diffusion d’un sujet sur la Syrie.

Marine Pennetier et Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below