November 10, 2018 / 5:45 PM / a month ago

Le Sea Watch 3, qui secourt les migrants, fait escale en Corse

Le navire Sea Watch 3, qui intervient en Méditerranée pour porter secours aux migrants, mouille actuellement pour une "escale technique" à Bonifacio, en Corse-du-Sud, a annnoncé samedi dans un communiqué le président du conseil exécutif de l'Assemblée de Corse, Gilles Simeoni. /Photo prise le 19 septembre 2018/REUTERS/Darrin Zammit Lupi

PARIS (Reuters) - Le navire Sea Watch 3, qui intervient en Méditerranée pour porter secours aux migrants, mouille actuellement pour une “escale technique” à Bonifacio, en Corse-du-Sud, a annnoncé samedi dans un communiqué le président du conseil exécutif de l’Assemblée de Corse, Gilles Simeoni.

“Durant cette escale technique effectuée sans passagers et prévue du 5 au 24 novembre, seront opérés le soutage du carburant, le ravitaillement en nourriture, l’embarquement et le débarquement de pièces détachées et la rotation d’équipage”, est-il précisé dans ce communiqué de l’élu, un nationaliste modéré.

Les services de la préfecture ont précisé n’avoir appris que “tardivement” la présence dans les eaux corses de ce navire battant pavillon hollandais, qui fait partie de la flotte de l’organisation non-gouvernementale Sea Watch.

Dans son communiqué, Gilles Simeoni précise avoir émis un “avis favorable” à cette escale technique “en concertation avec les autres autorités concernées” dont les services de l’Etat, la mairie de Bonifacio et la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Corse-du-Sud.

“Cet avis favorable est en cohérence avec la position de soutien à l’action des organisations humanitaires en Méditerranée exprimée par le conseil exécutif de Corse, l’Assemblée de Corse et son président, ainsi que l’ensemble de la majorité territoriale”, explique-t-il.

Les autorités territoriales de l’île s’étaient déclarées prêtes à laisser accoster le navire humanitaire Aquarius et les migrants qu’il transportait à deux reprises cet été, alors que le bateau de l’association SOS Méditerranée avait été refoulé notamment par l’Italie.

Les élus insulaires ne sont pas compétents juridiquement en la matière et l’aval de l’Etat est indispensable pour qu’un bateau soit accueilli dans un port.

Paul Ortoli, édité par Myriam Rivet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below