November 7, 2018 / 9:12 AM / a month ago

Wauquiez accuse Macron de suivre une stratégie "cynique"

Laurent Wauquiez (photo) a accusé mercredi Emmanuel Macron de mettre en oeuvre une stratégie "terriblement cynique" en réduisant le débat à un affrontement entre "progressistes" et "nationalistes" en vue, notamment, des élections européennes de mai 2019. /Photo prise le 30 juin 2018/REUTERS/Eric Gaillard

PARIS (Reuters) - Laurent Wauquiez a accusé mercredi Emmanuel Macron de mettre en oeuvre une stratégie “terriblement cynique” en réduisant le débat à un affrontement entre “progressistes” et “nationalistes” en vue, notamment, des élections européennes de mai 2019.

Le président des Républicains (LR), qui s’exprimait sur France Inter, a dit vouloir incarner pour sa part “une autre alternative démocratique dans le champ républicain par rapport à ce que peut représenter Emmanuel Macron”.

“Il cherche à organiser en France comme en Europe une stratégie terriblement cynique consistant à dire ‘c’est moi ou le chaos, il n’y a au fond dans le champ démocratique plus que moi ou l’extrême droite’”, a déclaré Laurent Wauquiez.

“Il semble même désirer ce débat, d’une espèce de face-à-face mortifère entre lui et Marine Le Pen en France et au niveau européen entre lui et les populistes désignés, type Salvini”, a-t-il ajouté en citant le ministre italien de l’Intérieur, également chef de file de la Ligue, classée à l’extrême droite.

“Je vois très bien pourquoi il fait ça, il a compris qu’il n’y aurait plus de vote d’adhésion pour sa personne”, a encore dit le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, pour qui le chef de l’Etat “brandit cet étendard de la lèpre populiste”.

A l’approche du scrutin européen, programmé le 26 mai prochain, le président français a théorisé le duel entre ceux qu’il qualifie de “progressistes”, en s’incluant dans ce groupe, et les “nationalistes”, qui seraient conduits notamment par le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, et Matteo Salvini.

Emmanuel Macron a encore dramatisé cet enjeu ces derniers jours en dressant un parallèle entre l’actualité et l’entre-deux-guerres, marqué par la montée des extrêmes qui a débouché sur la Seconde Guerre mondiale.

Simon Carraud, édité par Marine Pennetier

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below