November 7, 2018 / 7:18 AM / a month ago

Marseille: Un sixième corps découvert sous les immeubles effondrés

MARSEILLE (Reuters) - Un sixième corps, celui d’un homme, a été découvert mercredi sous les décombres des deux immeubles d’habitation qui se sont effondrés à Marseille, où plusieurs personnes restent portées disparues, a déclaré à Reuters le procureur de Marseille.

Un sixième corps, celui d'un homme, a été découvert mercredi sous les décombres des deux immeubles d'habitation qui se sont effondrés à Marseille, où plusieurs personnes restent portées disparues. /Photo prise le 5 novembre 2018/REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Les corps de trois hommes et de deux femmes avaient déjà été retrouvés mardi. Les marins-pompiers estiment à une semaine le temps nécessaire pour déblayer à la main ou de manière mécanique les tonnes de gravats restants sur un chantier jugé dangereux par les secours en raison notamment des conditions météorologiques et de la fragilisation des autres immeubles de ce quartier populaire.

Deux autres personnes au moins sont encore potentiellement coincées sous les décombres, selon le procureur de la République, Xavier Tarabeux, qui a ouvert une enquête pour “homicides et blessures volontaires” confiée à cinq juges du pôle accidents collectifs.

Trois personnes décédées ont été identifiées comme étant des locataires du seul des immeubles effondrés qui était officiellement occupé, a-t-on appris de source proche de l’enquête.

Lors d’une conférence de presse, le procureur a précisé que la cause de l’effondrement des immeubles n’était pas encore connue.

“Les immeubles sont structurés de sorte qu’ils se soutiennent les uns les autres. Quand l’un tombe, il entraîne la chute de ceux qui sont à côté”, a-t-il dit, ajoutant ne pas savoir “lequel des immeubles a entraîné la chute des autres”.

Un expert a été mandaté lundi pour déterminer la cause de l’effondrement et éclairer une “situation complexe” qui ne permet pas, pour l’instant, de déterminer d’éventuelles responsabilités pénales.

Les opérations de déblaiement et sauvetage ont été momentanément arrêtées mercredi après-midi pour des raisons de sécurité, a-t-on appris auprès des marins-pompiers.

La sécurité des sauveteurs n’est plus garantie en raison de l’instabilité des immeubles voisins et une réunion technique devait décider de la manière dont les recherches se poursuivraient, a-t-on ajouté.

Quatre-vingt-cinq enquêteurs de la Direction interrégionale de la police judiciaire de Marseille (DIPJ) sont mis à contribution sur l’enquête et l’identification des victimes, a précisé le directeur interrégional, Eric Arella.

Jean-François Rosnoblet, édité par Jean-Baptiste Vey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below