November 5, 2018 / 11:14 AM / a month ago

Nouvelle-Calédonie: Réunion du comité des signataires en décembre à Paris

PARIS (Reuters) - Le Premier ministre, Edouard Philippe, a dit lundi son intention de réunir en décembre à Paris les forces politiques de Nouvelle-Calédonie pour tirer les leçons du référendum confirmant le maintien de l’archipel dans la République française.

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a dit lundi son intention de réunir en décembre à Paris les forces politiques de Nouvelle-Calédonie pour tirer les leçons du référendum confirmant le maintien de l'archipel dans la République française. /Photo prise le 15 octobre 2018/REUTERS/Stéphane Mahé

Lors d’un discours au Haut Commissariat de la République à Nouméa, le chef du gouvernement a lancé une réflexion sur l’avenir politique, mais aussi économique et social, de ce territoire de 275.000 habitants situé à plus de 16.000 kilomètres de la métropole.

Tous les acteurs politiques de l’archipel “reconnaissent la pleine légitimité du scrutin et nul n’en conteste de le résultat”, s’est réjoui Edouard Philippe après une rencontre avec des élus, au lendemain de l’annonce du résultat du vote.

Après avoir constaté une erreur de calcul dans une mairie, la commission de contrôle du référendum a révisé lundi les résultats du scrutin : le “non” à l’indépendance l’a emporté avec 56,7% des voix contre 43,3% pour le “oui”.

“Toutes les formations politiques ont confirmé leur volonté de poursuivre le dialogue et de s’engager collectivement”, a dit Edouard Philippe. “C’est la raison pour laquelle je proposerai à tous les membres du comité des signataires de se retrouver autour de la ministre des Outre-Mers et de moi-même au mois de décembre à Paris pour une réunion qui va permettre de tirer collectivement les conclusions de ce référendum.”

Le Comité des signataires, qui rassemble les différentes formations politiques calédoniennes, est chargé de suivre l’application de l’accord de Nouméa de 1998 - qui faisait suite à ceux de Matignon datant de 1988 - prévoyant les consultations sur l’accession à la pleine souveraineté, dont la première s’est tenue dimanche.

La réunion de Paris “devra permettre l’analyse collective de la campagne, du scrutin et puis une réflexion de ce qu’on en tire pour la suite”, a expliqué Edouard Philippe lors d’une interview sur France Ô.

Dans son intervention au Haut Commissariat, le Premier ministre a dit son souhait de mettre désormais l’accent les “enjeux économiques et sociaux” de la Nouvelle-Calédonie, qui feront l’objet de “propositions” le mois prochain.

“En concentrant le travail entre les forces politiques et l’Etat sur les questions d’organisation du scrutin, et plus généralement sur les questions institutionnelles, les enjeux économiques et sociaux ont parfois été placés au second plan de nos échanges alors qu’ils constituent un des ressorts essentiels des accords de Matignon et de Nouméa”, a-t-il expliqué.

“Il faudra donc que nous trouvions aussi le temps et la méthode pour échanger - Etat et forces politiques - sur ces enjeux de société”, a ajouté Edouard Philippe.

Lors d’une intervention solennelle dimanche, Emmanuel Macron a dit sa “fierté” de voir la Nouvelle-Calédonie rester dans le giron français.

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below