November 5, 2018 / 6:58 AM / a month ago

Macron "assume" sur les carburants, promet un geste

MORHANGE, Moselle (Reuters) - Emmanuel Macron dit “assumer parfaitement” la hausse de la taxation des carburants tout en ouvrant la porte à des modalités d’accompagnement, dans des interviews publiées lundi dans plusieurs journaux de la presse quotidienne régionale.

Emmanuel Macron dit "assumer parfaitement" la hausse de la taxation des carburants tout en ouvrant la porte à des modalités d'accompagnement, dans des interviews publiées lundi dans plusieurs journaux de la presse quotidienne régionale. /Photo prise le 26 octobre 2018/REUTERS/David W Cerny

“Je suis particulièrement sensible à la colère de ceux qui doivent se déplacer pour travailler. Ni le gouvernement ni le parlement ne peuvent être sourds à cela”, dit le chef de l’Etat dans un entretien au Courrier Picard, à L’Union et à la Voix du Nord. “C’est pourquoi je souhaite qu’on trouve des solutions innovantes, avec les territoires, pour accompagner cette transformation”.

La région Hauts-de-France “a proposé une aide au transport pour ceux qui ont plus de 30 km par jour de déplacement. J’ai demandé au gouvernement de voir comment nous pouvons accompagner cela”, poursuit-il. “Dans le prochain projet de loi de finances, cette aide sera défiscalisée, afin que les ménages soient accompagnés au quotidien. Je pense que l’on peut faire davantage”, ajoute-t-il, sans donner plus de précisions sur le montant ni sur le nombre de ménages concernés.

Dans l’entourage du président, en visite lundi en Moselle et en Meurthe-et-Moselle dans le cadre du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, on confirme que le gouvernement envisage des mesures pour les personnes “les plus fragiles et les plus contraintes par la voiture”.

“Le discours sur le fond est clair avec la préférence accordée à la taxation du carburant sur celle sur le travail, il y a la volonté de dire que compte tenu de l’urgence climatique on ne peut pas renoncer mais pour autant il ne faut pas que ça se fasse avec brutalité mais avec accompagnement”, a-t-on ajouté, refusant de préciser le calendrier des annonces.

Le parti Les Républicains soutient de son côté l’idée lancée par ses députés Guillaume Peltier et Damien Abad d’un “chèque carburant” mensuel de 100 euros, sur le modèle des tickets restaurant, a déclaré devant la presse une porte-parole du parti, Laurence Sailliet. “Moins de 10% des taxes sont affiliées à la protection de l’environnement, donc c’est une forme d’anarque et les Français ne sont pas dupes”.

Emmanuel Macron doit s’exprimer mardi sur Europe 1 dans une interview qui portera sur les “enjeux des territoires français en difficulté économique”, qui sera réalisée lundi soir à Verdun et diffusée mardi matin à 07h40.

MANIFESTATION LE 17 NOVEMBRE

La contestation contre l’augmentation des prix des carburants, forte notamment d’une pétition signée par plus de 700.000 personnes, s’est récemment cristallisée autour d’un appel au blocage des routes le 17 novembre prochain.

“Nous serons mobilisés aux côtés des Français car nous comprenons leur exaspération mais nous n’appelons pas aux blocages”, a précisé Laurence Sailliet au nom de LR.

Les trois quarts des Français (78%) ont dit soutenir ce mouvement, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting réalisé pour franceinfo et Le Figaro diffusé jeudi.

Par ailleurs, 76% des Français jugent que l’augmentation des taxes sur le carburant et le fioul domestique est une mauvaise chose et 80% d’entre eux estiment que les hausses des taxes sur les produits pétroliers auront un impact élevé sur leur pouvoir d’achat.

“On nous a expliqué pendant des décennies qu’il fallait acheter du diesel et maintenant c’est le contraire. C’est normal que ce soit mal compris”, estime le chef de l’Etat dans un autre entretien aux journaux du groupe Ebra, également publié lundi.

“J’assume parfaitement que la fiscalité due au diesel soit au niveau de celle de l’essence et je préfère la taxation du carburant à la taxation du travail”, poursuit-il. “Ce qu’on sait, c’est que la pollution la plus importante vient de millions de véhicules diesel anciens qui en plus consomment davantage de carburant”.

“Pour accélérer la mutation, nous créons une prime de 1.000 à 2.000 euros y compris sur l’achat d’occasion, pour inciter à aller vers des véhicules moins polluants. Il ne faut diaboliser personne”, ajoute Emmanuel Macron. “Les mêmes qui râlent sur la hausse du carburant réclament aussi qu’on lutte contre la pollution de l’air parce que leurs enfants souffrent de maladies”.

Marine Pennetier avec Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below