November 2, 2018 / 7:40 PM / a month ago

Cinq poids-lourds des Républicains contre "la PMA sans père"

Les principaux responsables des Républicains (LR), dont le chef de file du parti Laurent Wauquiez, se prononcent contre l'extension de la procréation médicalement assistée (PMA) envisagée par le gouvernement dans une tribune diffusée vendredi sur le site du Figaro. /Photo prise le 30 juin 2018/REUTERS/Eric Gaillard

PARIS (Reuters) - Les principaux responsables des Républicains (LR), dont le chef de file du parti Laurent Wauquiez, se prononcent contre l’extension de la procréation médicalement assistée (PMA) envisagée par le gouvernement dans une tribune diffusée vendredi sur le site du Figaro.

Laurent Wauquiez, Christian Jacob, Bruno Retailleau, Franck Proust et Jean Leonetti - respectivement présidents de LR, du groupe LR à l’Assemblée nationale, au Sénat, président de la délégation française au groupe du Parti populaire européen du Parlement européen et président du Conseil national de LR - se disent contre “l’instauration de la PMA sans père”.

“N’y a-t-il pas de risque à nier ainsi délibérément le rôle et la représentation du père dans l’éducation de l’enfant ?”, s’interrogent les cinq hommes, qui affirment leur opposition à l’extension de la PMA aux couples lesbiens et aux femmes seules.

Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) s’est prononcé fin septembre, dans un avis rendu mardi sur la prochaine révision de loi de bioéthique, pour cette extension de la PMA, jusqu’ici réservée aux couples hétérosexuels infertiles.

Le Premier ministre Edouard Philippe s’est dit à titre personnel “plutôt favorable” à cette mesure promise par Emmanuel Macron pendant sa campagne présidentielle.

“Face à la pénurie de dons de sperme, l’extension de la PMA nous expose à une marchandisation croissante des gamètes humains débouchant sur un véritable ‘business’ de la procréation”, jugent les cinq responsables des Républicains, pour qui ce nouveau droit constitue en outre “une étape vers les mères porteuses et la marchandisation du corps de la femme”.

“Si la liberté d’entreprendre et d’innover a fait notre prospérité, l’extension illimitée du domaine du marché n’est pas souhaitable : nous n’accepterons pas que l’être humain soit déraciné et marchandisé”, insistent-ils.

Le gouvernement a appelé à un “débat apaisé” sur ce délicat sujet de la PMA, qui a fait l’objet d’une déclaration solennelle des évêques de France contre la “fabrication” de l’enfant.

Elizabeth Pineau, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below