October 21, 2018 / 11:21 AM / 2 months ago

Affaire Khashoggi: Le Maire salue un progrès de Ryad, attend de voir

Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, a estimé dimanche que l'Arabie saoudite avait progressé dans l'enquête sur la mort du journaliste et opposant Jamal Khashoggi. /Photo prise le 17 octobre 2018/REUTERS/François Mori

PARIS (Reuters) - Le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire, a estimé dimanche que l’Arabie saoudite avait progressé dans l’enquête sur la mort du journaliste et opposant Jamal Khashoggi tout en suspendant son jugement sur l’avenir des relations franco-saoudiennes en attendant les conclusions définitives.

Après deux semaines de tollé international et de dénégations, Ryad a reconnu vendredi que le journaliste saoudien exilé aux Etats-Unis avait été tué dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, mais de manière accidentelle.

“Je constate que les autorités saoudiennes ont changé de cap, ont reconnu les faits, ont reconnu une responsabilité, donc on progresse”, a déclaré Bruno Le Maire sur France 3.

Mais, a-t-il ajouté, “les faits sont graves, toute la lumière doit être faite”.

Interrogé sur les éventuelles répercussions de cette affaire sur les relations entre la France et l’Arabie saoudite, le ministre de l’Economie a répondu que tout dépendrait “de la manière dont la vérité sera(it) mise sur la table”.

“Ça dépend des choix des autorités saoudiennes”, a-t-il poursuivi. “Soit elles continuent à aller dans la direction dans laquelle elles vont – établir la vérité, avoir une enquête sérieuse et avoir des faits qui sont établis – et dans ce cas-là, je pense que ça permettra de conserver des relations fortes stratégiques avec l’Arabie Saoudite.”

“Si ce n’est pas le cas, personne ne le comprendra, ni la France, ni l’Union européenne, ni les Etats-Unis”, a ajouté le ministre, selon qui “on ne peut pas avoir de relations de confiance qui ne soient pas fondées sur la vérité”.

Jeudi, le ministre français a annoncé qu’il ne se rendrait pas la semaine prochaine à la deuxième édition du sommet “Future Investment Initiative”, surnommé le “Davos du désert”, tout comme d’autres responsables de pays occidentaux, à l’image du secrétaire américain au Trésor, Steve Mnuchin.

Simon Carraud avec Laurence Frost, édité par Danielle Rouquié

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below