October 20, 2018 / 1:23 PM / 2 months ago

Les avocats de Mélenchon demandent un dessaisissement du procureur

Les avocats de La France insoumise (LFI) et de Jean-Luc Mélenchon ont demandé samedi dans un communiqué le dessaisissement du procureur, dénonçant une violation du secret de l'enquête au lendemain de la publication d'un article de Mediapart sur les perquisitions menées mardi au siège du parti, au domicile de son chef de file et de certains de ses proches. /Photo prise le 18 septembre 2018/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Les avocats de La France insoumise (LFI) et de Jean-Luc Mélenchon ont demandé samedi dans un communiqué le dessaisissement du procureur, dénonçant une violation du secret de l’enquête au lendemain de la publication d’un article de Mediapart sur les perquisitions menées mardi au siège du parti, au domicile de son chef de file et de certains de ses proches.

“Il est officiellement demandé que le procureur en charge (le procureur de la République de Paris-NDLR) soit dessaisi de l’enquête” car “certaines personnes sous (sa) responsabilité ont manifestement violé le secret de l’enquête” peut-on lire dans ce communiqué publié samedi sur le site de LFI.

Les avocats du parti et de Jean-Luc Mélenchon, Me Mathieu Davy et son équipe, adressent cette demande alors “qu’un site en ligne vient de publier des informations couvertes par le secret de l’enquête, protégées et intimes” et que selon eux, “il ne peut donc être autrement que ces fuites proviennent des services de police et justice”.

Après la publication par Mediapart vendredi d’un article revenant sur la série de perquisitions effectuées mardi, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé dans un texte publié dans la nuit de vendredi à samedi sur Facebook “la boucle macronie-parquet-media”.

Pour le député des Bouches-du-Rhône, ces “fuites (...) confirment ce que nous savons sur le coup monté qu’est cette opération contre La France insoumise et contre moi personnellement”.

“Si Mediapart dit qu’il a les procès-verbaux de perquisition et bien il faut qu’il le prouve (...) Moi, les procès-verbaux, je n’ai pas pu les avoir, même pas les miens”, a renchéri le chef de file de LFI dans un message vidéo publié sur son compte Facebook samedi à la mi-journée.

Les perquisitions ont été menées dans le cadre de deux enquêtes préliminaires ouvertes par le parquet de Paris portant l’une sur des soupçons de surfacturation de la campagne présidentielle et l’autre sur des soupçons d’emplois fictifs au Parlement européen. Jean-Luc Mélenchon n’a eu de cesse depuis de dénoncer une “offensive politique” à son encontre.

La procureure générale de Paris Catherine Champrenaud est sortie de sa réserve samedi pour assurer que ces opérations avaient été réalisées “en pleine légalité” et dénoncé un “coup de force” et une “entrave à la justice” de la part du leader de LFI et de ses partisans.

Myriam Rivet, édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below