October 18, 2018 / 8:12 AM / 2 months ago

Décès accidentel d’un soldat de Barkhane au Mali

PARIS (Reuters) - Un soldat de la force française Barkhane est décédé mercredi à Gao, dans le nord du Mali, dans des circonstances accidentelles, a annoncé jeudi la ministre des Armées et l’état-major.

Un soldat de la force française Barkhane est décédé mercredi à Gao, dans le nord du Mali, dans des circonstances accidentelles, a annoncé jeudi la ministre des Armées Florence Parly (photo). /Photo prise le 12 septembre 2018/REUTERS/Gonzalo Fuentes

Ce caporal âgé de 23 ans était depuis le 3 octobre au Mali, où il avait déjà servi en 2017, en qualité de conducteur de camion logistique. Il appartenait au 14e régiment d’infanterie et de soutien logistique parachutiste de Toulouse.

Il effectuait des travaux de maintenance dans un atelier avec deux autres militaires sur un camion logistique lorsqu’un pneu du véhicule a explosé accidentellement. Il a été projeté violemment au sol et est décédé peu après malgré des soins d’urgence. Les deux autres soldats ont été blessés mais leurs jours ne sont pas en danger, a précisé le porte-parole de l’état-major, le colonel Patrik Steiger.

Ce décès porte à 13 le nombre de soldats français morts depuis le lancement de l’opération Barkhane en août 2014.

Quelque 4.500 militaires français sont déployés au Sahel dans le cadre de la lutte contre les groupes djihadistes.

“La force Barkhane continue de maintenir la pression sur les groupes armés terroristes”, a souligné le porte-parole.

Des combats ont éclaté mardi dans le Gourma malien, dans la région de Ndaki, à environ 200 km au sud-ouest de Gao, entre une cinquantaine de djihadistes armés et une patrouille de l’armée malienne qui a demandé un appui aérien à Barkhane, a indiqué le colonel Steiger.

Des hélicoptères Tigre et deux Mirage 2000 sont intervenus à la demande des forces maliennes et ont essuyé des tirs à l’arme légère et au lance-roquettes de la part des assaillants.

Les appareils ont déclenché des tirs de riposte et les combats se sont poursuivis au sol jusqu’à la fuite des djihadistes dont on ignore les pertes.

L’un d’eux a été retrouvé mort sur la zone de combat et il est probable que les assaillants aient emporté avec eux d’éventuels blessés et morts, a dit le porte-parole.

“La ténacité des terroristes laisse à penser que soit il s’agissait d’un site important pour eux soit qu’il y avait quelqu’un d’important de chez eux qui était présent”, a-t-il expliqué.

L’Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS), notamment, est actif dans le Gourma malien.

Des hommes de Barkhane ont ensuite été déployés au sol, au côté des “FAMa”. Ils ont détruit un campement, une quinzaine de motos, un pick-up ainsi qu’”un important stock de matériel” permettant la fabrication d’engins explosifs improvisés.

Deux soldats maliens ont été blessés dans les combats.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below