October 17, 2018 / 6:31 PM / 2 months ago

Un nouveau groupe, "Libertés et territoires", créé à l'Assemblée

PARIS (Reuters) - Seize députés venus d’horizons divers - radicaux, centristes, autonomistes corses et déçus de la “macronie” - ont annoncé mercredi la création d’un huitième groupe parlementaire à l’Assemblée nationale baptisé “Libertés et territoires”, un record.

Seize députés venus d'horizons divers - radicaux, centristes, autonomistes corses et déçus de la "macronie" - ont annoncé mercredi la création d'un huitième groupe parlementaire à l'Assemblée nationale baptisé "Libertés et territoires", un record. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer

“Ce n’est pas un groupe de plus, c’est un groupe qui va être utile, de 16 députés”, a déclaré à Reuters le centriste (UDI) Philippe Vigier, co-président de la nouvelle formation aux côtés du radical Bertrand Pancher.

“Des hommes et des femmes qui ont décidé de s’unir pour que leurs voix portent plus, pour que leurs voix soient entendues, pour que les territoires soient entendus”, a-t-il ajouté. “Nous sommes un groupe de propositions et de solutions qui s’opposera frontalement lorsqu’il y aura des mauvais chemins et des mauvaises réformes, qui soutiendra si jamais il y a des textes qui vont dans le bon sens”.

A son image, plusieurs membres de ce nouveau groupe viennent de l’UDI comme Charles de Courson et Yves Favennec. D’autres, comme François-Michel Lambert et Paul Molac, ont été élus sous l’étiquette La République en marche.

Jean-Michel Clément, qui a quitté le parti présidentiel au printemps après avoir voté contre le projet de loi “asile et immigration”, fait partie de cette nouvelle entité, de même que l’ex-député LaRem M’jid El Guerrab.

On trouve aussi les radicaux Sylvia Pinel et Olivier Falorni, ainsi que l’ancien socialiste François Pupponi.

Les députés corses Jean-Félix Acquaviva, Michel Castellani, Paul-André Colombani font également partie de cette éclectique formation.

Un groupe parlementaire, qui doit être composé de 15 élus minimum, permet notamment d’être doté d’un secrétariat, d’un budget propre et d’un accès privilégié aux séances de questions au gouvernement.

Le président du groupe UDI, Agir et indépendants, Jean-Christophe Lagarde a déclaré à la presse ne “pas voir la cohérence” d’un groupe composé de “12 députés de gauche et quatre députés de droite”.

Gilles Le Gendre, chef de file de La République en marche, a salué pour sa part l’avènement de cette nouvelle entité, qui porte à 307 au lieu de 309 le nombre de députés du groupe LaRem.

“Le groupe majoritaire souhaite pouvoir établir avec lui des relations constructives qui enrichissent le débat parlementaire”, a-t-il écrit sur Twitter.

UDI, Agir et Indépendants compte désormais 27 élus au lieu de 31, le groupe PS 25 au lieu de 26, et le nombre de non inscrits passe de 21 à 12.

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse et Julie Carriat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below