October 17, 2018 / 11:20 AM / a month ago

L'exécutif occupe le terrain au lendemain du remaniement

PARIS (Reuters) - Allocution solennelle à l’Elysée, longue prise de parole en début de conseil des ministres et séminaire gouvernemental : au lendemain du remaniement, l’exécutif a occupé le terrain mercredi avec l’espoir de tourner la page des remous et d’effacer l’impression de flottement de ces derniers mois.

Allocution solennelle à l'Elysée, longue prise de parole en début de conseil des ministres et séminaire gouvernemental : au lendemain du remaniement, l'exécutif a occupé le terrain mercredi avec l'espoir de tourner la page des remous et d'effacer l'impression de flottement de ces derniers mois. /Photo prise le 17 octobre 2018/REUTERS/François Mori

Emmanuel Macron a accueilli à l’Elysée les 34 membres de la nouvelle équipe d’Edouard Philippe par une déclaration sous l’oeil des caméras et des photographes autorisés, une fois n’est pas coutume, à filmer le début du conseil des ministres.

“Vous faites partie d’une équipe sous l’autorité du Premier ministre qui a à mener une action de transformation profonde de notre pays et répondre aux exigences de notre peuple dans un moment très particulier de notre histoire”, a-t-il dit.

“Il y a une impatience, il y a des colères, il y a des blessures, il faut y répondre sans facilité, en s’attaquant aux causes profondes (...), cette nouvelle organisation permet d’y répondre parce qu’elle illustre les priorités de l’action gouvernementale”, a-t-il ajouté.

Provoqué par la démission surprise de Gérard Collomb, le quatrième remaniement du quinquennat s’est traduit notamment par la création d’un ministère dédié à la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales.

Confié à Jacqueline Gourault, ce ministère répond à une demande exprimée à multiples reprises par les élus locaux qui souhaitaient avoir un interlocuteur clairement défini sur fond de malaise et de défiance avec l’exécutif, nourris notamment par les questions budgétaires et de compétences.

EXERCICE D’AUTOCRITIQUE

A cette défiance s’est ajoutée ces derniers jours l’ire de l’Association des maires de France (AMF), qui a demandé à l’exécutif des “excuses” pour avoir rendu publique la liste des maires ayant augmenté le taux de leur taxe d’habitation.

Dans un geste d’apaisement, Emmanuel Macron a estimé mardi soir, dans une allocution filmée dans le salon d’angle de l’Elysée, que le gouvernement devait “s’appuyer sur toutes les forces du progrès et de la réforme, les associations, les élus locaux dans tous nos territoires et en particulier nos maires”.

“Nous avons besoin en ces temps troubles de toutes les énergies de la nation et de toutes les bonnes volontés””, a dit le chef de l’Etat, accusé d’”arrogance” et qualifié de “président des riches” par l’opposition.

Dans la lignée de ses déclarations aux Antilles fin septembre, où il avait pour la première fois reconnu des “erreurs” et que “personne n’était parfait”, Emmanuel Macron s’est également livré à un exercice d’autocritique.

“Parfois par ma détermination ou mon parler-vrai, j’ai pu déranger ou choquer certains et j’entends les critiques”, a-t-il dit mardi soir à l’heure où les mauvais sondages se succèdent.

Lors du conseil des ministres mercredi matin, il a également rendu hommage aux ministres sortants - Françoise Nyssen, Jacques Mézard, Stéphane Travert et Delphine Gény-Stéphan. “Beaucoup de nos concitoyens pensent que c’est chose facile, certains vont même jusqu’à imaginer que c’est un privilège d’être ministre (...) mais ça n’a rien d’aisé dans les temps que nous vivons, donc ils ont les uns et les autres beaucoup fait”, a-t-il dit.

SÉMINAIRE

Dernier acte de la reprise en main politique et médiatique mercredi, la tenue à 19h d’un séminaire gouvernemental - un exercice devenu traditionnel - autour d’Edouard Philippe.

“L’idée c’est de pouvoir échanger avec les membres du gouvernement, de pouvoir leur indiquer l’esprit dans lequel je souhaite pouvoir organiser le travail des mois qui viennent, un esprit qui est identique à celui qui prévaut au sein du gouvernement depuis la nomination en mai 2017 de la première équipe”, a déclaré le Premier ministre à son arrivée au séminaire.

“C’est-à-dire de la concentration, de la solidarité, de la détermination, de l’audace dans les réformes qu’il faut conduire et puis aussi une certaine forme d’enthousiasme”, a-t-il poursuivi.

Les chantiers des prochaines semaines et des prochains mois - programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), PMA, réforme de l’islam de France, service national universel, retraites - devraient notamment être abordés lors de cette réunion.

L’allocution d’Emmanuel Macron mardi a alimenté les critiques de l’opposition qui a dénoncé “un exercice creux” et un “ton pathétique” d’un “monarque présidentiel satisfait”.

C’était “totalement creux”, a fustigé la présidente du Rassemblement national (RN) Marine Le Pen sur LCI. “Il est ‘déterminé’ et s’en excuse ? Il ‘parle vrai’ et s’en excuse ? C’est une plaisanterie ! C’est un nouveau propos de mépris qui se rajoute à tous ceux qui lui sont déjà reprochés. Il n’annonce rien, il dit qu’il va continuer, envers et contre tout”.

Pour Jean Leonetti, numéro deux des Républicains, “tout était faux, dans la forme et dans le fond. Fausse solennité, regard fuyant, fausse modestie.”

“Ton pathétique, Emmanuel Macron était dans une situation pathétique. Qu’il arrête de donner le sentiment que la France est au bord du gouffre. Qu’attend-on d’un président? Le verbe ou l’action? L’Action!”, a-t-il dit sur Sud Radio.

Sur France Inter, le député La France insoumise (LFI) Alexis Corbière a vu lui un “monarque présidentiel satisfait, qui ne veut rien changer dans ses choix économiques et politiques”.

Marine Pennetier, avec Sophie Louet, édité par Yves Clarisse et Julie Carriat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below