October 17, 2018 / 8:30 AM / 2 months ago

Mélenchon est "républicain quand ça l'arrange", dit Griveaux

PARIS (Reuters) - Jean-Luc Mélenchon, qui accuse Emmanuel Macron de mobiliser une “police politique” à son encontre, “est républicain quand ça l’arrange”, a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement, dénonçant “les mêmes arguments que Marine Le Pen”.

Jean-Luc Mélenchon, qui accuse Emmanuel Macron de mobiliser une "police politique" à son encontre, "est républicain quand ça l'arrange", a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux (photo), dénonçant "les mêmes arguments que Marine Le Pen". /Photo prise le 30 mai 2018/REUTERS/François Mori

Des perquisitions ont été menées mardi au domicile parisien du chef de file de La France insoumise et dans une quinzaine de sites liés au parti d’extrême gauche dans le cadre de deux enquêtes préliminaires du parquet de Paris.

Vidéo à l’appui, Jean-Luc Mélenchon, député des Bouches-du-Rhône, a dénoncé “un régime totalitaire”, estimant que la séparation des pouvoirs était bafouée.

“Jean-Luc Mélenchon, il est républicain quand ça l’arrange”, a réagi Benjamin Griveaux sur RTL.

“Il a tourné en ridicule une procédure judiciaire et les magistrats. Quand on a aspiré à être président de la République, à occuper les plus hautes fonctions, à être en tant que tel garant de l’indépendance de l’autorité judiciaire, je trouve cela pour le moins étrange”, a poursuivi le porte-parole du gouvernement.

Pour Benjamin Griveaux, Jean-Luc Mélenchon déploie “les mêmes arguments que Marine Le Pen”. “Ça devrait commencer à l’interroger. (...) Il est inadmissible en France de mettre en cause l’indépendance de l’autorité judiciaire”, a-t-il dit.

“On n’est pas à Caracas, on n’est pas au Venezuela, même si je sais qu’il a une fascination pour ce pays et pour la manière dont l’Etat de droit est réglé au Venezuela. On est en France”, a conclu Benjamin Griveaux.

Invité mercredi de BFM TV et RMC Info, le chef de file de La France insoumise a fustigé “une volonté d’intimidation”.

“Nous sommes traités comme un gang de malfaiteurs (...) on ne fait pas ça aux chefs de la drogue”, a-t-il insisté, en précisant toutefois ne pas protester “contre le fait qu’on puisse [l]e perquisitionner.”

“La procédure légale n’a pas été respectée”, a-t-il affirmé, ajoutant avoir “le droit de [s]e fâcher”. “Je suis un Méditerranéen”.

Marine Le Pen, dont le parti, le Rassemblement national (ex-FN) est lui aussi au coeur d’enquêtes judiciaires, a dénoncé sur LCI une “violation de la séparation des pouvoirs”.

“Notre pays est en train de devenir un régime autoritaire”, a jugé la présidente du RN.

“Je défends les principes de la République même quand ça avantage l’un de mes adversaires”, a-t-elle ajouté. “On va tous y passer sous Emmanuel Macron, alors je dis ‘attention’”.

Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below