October 16, 2018 / 3:23 PM / 2 months ago

Il y a urgence à renforcer les politiques climatiques

PARIS (Reuters) - La France doit renforcer en urgence ses politiques climatiques, faute de quoi elle perdra son crédit dans le domaine, selon un rapport de l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) publié mardi.

La France doit renforcer en urgence ses politiques climatiques, faute de quoi elle perdra son crédit dans le domaine, selon un rapport de l'Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) publié mardi. /Photo prise le 19 juin 2018/REUTERS/Régis Duvignau

Le pays ne respecte pas ses ambitions en matière de gaz à effet de serre, comme le soulignent les auteurs de ce document qui évaluent à 7% l’écart entre les objectifs pour 2017 et les émissions effectivement produites.

Les budgets carbone tels qu’ils ont été définis dans la “stratégie nationale bas carbone”, publiée en 2015, ont été dépassés ces trois dernières années alors même que le gouvernement s’est assigné des objectifs ambitieux censés permettre à la France d’arriver à la neutralité carbone en 2050.

L’écart entre objectifs et réalité a même eu tendance à s’accroître depuis 2015.

“Si ce décrochage peut être en partie expliqué par des facteurs conjoncturels (faible prix des énergies fossiles et accélération de la croissance économique), ceux-ci ne constituent pas pour autant une ‘justification’ de ces évolutions”, est-il écrit dans le rapport de l’Iddri.

“Ce bilan renforce par conséquent le sentiment d’urgence sur le renforcement des politiques publiques pour le climat, sans quoi la crédibilité du projet de transition pourrait rapidement s’éroder”, lit-on également.

Cet institut indépendant estime qu’il est notamment nécessaire “de multiplier par quatre le rythme de l’amélioration de l’efficacité énergétique dans les secteurs finaux, et par trois celui de la baisse de consommation d’énergies primaires fossiles”.

Il est cependant trop tôt pour tirer un constat d’échec des politiques menées, notamment parce que les plans bâtis par la France sont encore trop récents.

L’exécutif révise actuellement ses deux principales feuilles de route dans les domaines de l’environnement de de l’énergie - la stratégie bas carbone, dont la nouvelle version doit être rendue publique dans les mois à venir, et la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), attendue à la fin du mois.

Selon des données provisoires, dont le Réseau action climat a fait la synthèse le mois dernier, le pays a dépassé de 6,7% son objectif d’émissions de gaz à effet de serre pour l’année 2017, avec 466 millions de tonnes en équivalent CO2 rejetées dans l’atmosphère contre 437 millions de tonnes programmées.

Simon Carraud, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below