October 16, 2018 / 2:09 PM / a month ago

Otan: La France met en garde contre le "dogmatisme" financier

PARIS (Reuters) - La France a pressé mardi ses partenaires européens d’accentuer leur effort de Défense, financier et capacitaire, face aux récriminations américaines, soulignant qu’augmenter sans fin le budget de l’Otan n’était pas “la solution”.

La France a pressé mardi ses partenaires européens d'accentuer leur effort de Défense, financier et capacitaire, face aux récriminations américaines, soulignant qu'augmenter sans fin le budget de l'Otan n'était pas "la solution". /Photo d'archives/REUTERS/Yves Herman

Ouvrant à Paris la conférence des ressources de l’Otan, qui se tient pour la première fois en France, la ministre des Armées Florence Parly a en outre appelé l’Alliance, en présence de la secrétaire générale déléguée Rose Gottemoeller, à plus de transparence financière pour justifier de “chaque euro dépensé”.

Donald Trump a enfoncé un coin entre l’Union européenne et l’Otan en dénonçant un partage inégal du “fardeau” financier, auquel les Etats-Unis pourvoient pour plus de 70%, et en enjoignant aux Européens d’honorer l’engagement pris en 2006 de porter leur budget de Défense à 2% de leur PIB d’ici à 2024. La France s’est engagée à atteindre cet objectif en 2025.

“Le contexte stratégique est trop grave, nous ne pouvons nous permettre des divisions quand nous avons besoin d’afficher un front uni”, a déclaré Florence Parly, rejetant une approche strictement comptable des défis sécuritaires en Europe.

“Chaque nation doit assurer les meilleurs équipements et la meilleure préparation de ses forces. Augmenter en permanence le budget de l’Otan n’est pas la solution”, a-t-elle lancé alors que l’état-major français déplore se retrouver trop souvent en première ligne des engagements opérationnels.

LA LIGUE DE DÉLOS

En 2018, la France est le troisième pays contributeur aux dépenses de l’Otan, juste devant l’Allemagne, derrière les Etats-Unis et le Royaume-Uni, selon les données de l’Alliance.

En pourcentage du PIB, jauge de Donald Trump, seuls la Grèce, l’Estonie, le Royaume-Uni et la Lettonie atteignent ou dépassent l’objectif de 2%. La France est à 1,81%, l’Allemagne à 1,24%. Une situation qui a conduit le chef de la Maison blanche à exiger des “arriérés” des Européens, de Berlin singulièrement.

Les Français font valoir que la part d’investissements en équipements dans les budgets nationaux européens est loin du seuil de 20% fixé par l’Otan, dépassé cette fois-ci par Paris.

Ils rappellent l’effort “inédit” de la loi de programmation 2019-2025, qui prévoit une hausse de 1,7 milliard d’euros par an du budget de la Défense (34,2 milliards en 2018) jusqu’en 2022, avec des “marches” de trois milliards par an à partir de 2023.

“Il faut que chaque Etat prenne ses responsabilités : sans quoi nous courons le risque de remplacer notre solidarité militaire par une solidarité financière”, a dit Florence Parly, évoquant l’issue funeste de la Ligue de Délos dans laquelle les cités grecques, sous l’égide de la puissante Athènes, versaient un tribut pour ne pas avoir à fournir de navires ou de soldats.

“Nous ne voulons ni dérive ni dogmatisme. Le toujours plus d’argent n’est pas la solution, tout comme il serait insensé et dangereux de nous opposer par principe à toute augmentation des ressources de l’Otan”, a insisté la ministre.

“A côté des efforts que chaque allié doit mener, le financement commun est un complément, pas une alternative”, a-t-elle ajouté, exhortant ses partenaires européens à des “plans pluriannuels ambitieux et crédibles”.

“UNE ALLIÉE EXIGEANTE, VOIRE PÉNIBLE”

L’engagement doit “aller de pair avec la question de l’utilité des moyens”, a abondé le général Eric Bellot des Minières, sous-chef Plans à l’état-major des armées françaises.

“Il est indispensable que l’ensemble de nos capacités soit passé au crible de la cohérence de nos besoins opérationnels”, a-t-il expliqué, relayant l’invite de la ministre à une évaluation “transparente” des dépenses de l’Otan à l’aune de leur utilité politique et militaire dans une gestion souvent qualifiée d’”opaque”.

“En termes de ressources, la France est parfois perçue comme une alliée exigeante, voire pénible, j’en suis bien conscient”, a glissé l’officier tout en suggérant de travailler au renforcement du principe de bonne gouvernance au sein de l’Otan et à la mise en place d’”indicateurs de résultats dans l’utilisation des crédits”.

Les dépenses annuelles directes de l’Otan dépassent les deux milliards d’euros par an. Les quotes-parts des 29 pays membres abondent le budget civil de l’organisation, le budget militaire (exploitation et maintenance de la structure de commandement) et le programme d’investissement au service de la sécurité (NSIP) qui finance notamment des infrastructures militaires.

Les contributions indirectes, les plus signifiantes, sont fonction de la décision d’un pays d’engager des moyens et/ou des forces dans une opération, hors application de l’article V qui impose une action collective en cas d’agression contre un ou plusieurs membres.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below