October 15, 2018 / 4:16 PM / a month ago

L'ASN appelle à la "vigilance" sur l'expertise nucléaire

PARIS (Reuters) - L’exploitation et l’état des centrales nucléaires françaises ne posent pas de problèmes majeurs mais la filière doit être vigilante quant au maintien de ses expertises techniques, a déclaré lundi Pierre-Franck Chevet, le président sortant de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

L'exploitation et l'état des centrales nucléaires françaises ne posent pas de problèmes majeurs mais la filière doit être vigilante quant au maintien de ses expertises techniques, a déclaré lundi Pierre-Franck Chevet (photo), le président sortant de l'ASN. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Le dirigeant du gendarme nucléaire a en outre souligné devant la presse la lenteur d’EDF à déclarer certaines difficultés identifiées sur son parc ces dernières années.

“La sûreté s’est améliorée en matière de qualité d’exploitation au sens ‘management’, organisation, etc. (...) Je n’ai pas un sentiment négatif (...) et j’ai plutôt un sentiment positif sur la qualité des installations elles-mêmes au sens mécanique”, a-t-il dit lors d’une rencontre avec les associations des journalistes de l’environnement et de l’énergie (AJE et AJDE).

“Par contre, j’ai un doute peut-être sur le plus long terme (...) sur la partie technique, capacités et expertises. Là, je pense qu’on est encore en-deçà, et c’est un appel à la vigilance pour la suite”, a toutefois ajouté Pierre-Franck Chevet.

Evoquant la centrale du Tricastin (Drôme), arrêtée temporairement fin 2017 en raison d’un risque d’inondation en cas de séisme d’une ampleur exceptionnelle, le président de l’ASN a souligné qu’EDF n’avait déclaré ce risque à l’autorité que six mois après sa détection.

Concernant les défauts de certaines soudures de l’EPR de Flamanville (Manche), Pierre-Franck Chevet a rappelé que le groupe avait identifié le problème en 2015 et n’en avait partiellement informé l’ASN que l’année dernière.

“(Il s’agit de) délais très longs pour se rendre compte qu’une anomalie avait un impact potentiel sérieux (...). Mon principal problème, c’est que dans les deux cas la hiérarchie d’EDF a priori n’était pas informée”, a-t-il dit.

“Ça me pose question sur l’organisation (...). Le premier sujet, c’est la question de la culture de sûreté au niveau des opérateurs.”

“On est sur des enjeux qui sont sans précédent par rapport à ce qu’on a vécu pendant 20 ans”, a également souligné Pierre-Franck Chevet, rappelant que les travaux pour prolonger la durée de vie des centrales nucléaires et les travaux de sûreté post-Fukushima constituaient des chantiers “hors normes”

“Dans le même temps où il y a le plus de choses à faire, il y a plutôt moins de compétences ou de moyens pour les faire.”

En poste depuis 2012, Pierre-Franck Chevet achèvera son mandat à la tête de l’ASN début novembre et doit être remplacé par Bernard Doroszczuk.

Benjamin Mallet, édité par Cyril Altmeyer

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below