October 10, 2018 / 10:09 AM / 7 days ago

Les propriétaires des abattoirs Gesler menacés de mort

LYON (Reuters) - La famille Gesler, propriétaire des abattoirs de Haut-Valmorey (Ain) détruits par un incendie criminel fin septembre lors d’un acte revendiqué par des opposants à la consommation de viande, est l’objet depuis de menaces de mort répétées.

“Vous, madame Gesler, vous méritez la chambre à gaz, la torture similaire à celle que vous faites subir à tous ces animaux innocents”, peut-on lire dans cette lettre adressée Myriam Gesler, directrice générale de l’entreprise.

Plusieurs personnes parmi les 80 salariés de l’entreprise sont également visées par les menaces.

Le courrier se termine par des encouragements adressés aux incendiaires, “merveilleux héros anonymes”.

Sur le site internet de l’entreprise, certains commentaires viennent également saluer le geste criminel, au milieu d’une multitude de messages de soutiens reçus par l’entreprise.

“Nous avons porté plainte pour ‘diffamation, injures et menaces’, indique Myriam Gesler. Des plaintes ont également été déposées nommément contre les auteurs des commentaires injurieux déposés sur le site.  

Myriam Gesler explique que certains de ses salariés, très affectés par ces menaces de morts, refusent désormais de rentrer dormir chez eux. Certains font l’objet d’une prise en charge psychologique.

Damien Abad, député LR de l’Ain, a interpellé mardi le gouvernement sur la gestion de la violence exprimés contre les professionnels du secteur de la viande, en rendant publique mardi soir à l’Assemblée la lettre de menace reçue par les établissements Gesler. Il a dénoncé un “terrorisme alimentaire”.

Le Premier ministre Edouard Philippe a assuré mettre en œuvre “l’ensemble des moyens prévus par la loi pour les réprimer”. Une commission parlementaire doit être prochainement constituée sur ce sujet.

Une semaine après l’incendie criminel qui a ravagé les abattoirs Gesler, l’acte a été revendiqué par une organisation anti-spéciste par l’intermédiaire d’un texte signé Lune Blanche et Meute Noire publié sur le site anarcho-libertaire Indymédia. Le parquet de Belley (Ain) a ouvert une enquête pour “destruction volontaire de biens par substances incendiaires”.

Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below