October 8, 2018 / 4:52 PM / 10 days ago

Dupont-Aignan propose de taxer les prisonniers

PARIS (Reuters) - Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a annoncé lundi le dépot d’une proposition de loi visant à faire participer les prisonniers aux frais d’incarcération, si besoin en travaillant, une idée jugée irréaliste par la ministre de la Justice.

Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan (photo), a annoncé lundi le dépot d'une proposition de loi visant à faire participer les prisonniers aux frais d'incarcération, si besoin en travaillant, une idée jugée irréaliste par la ministre de la Justice. /Photo d'archives/REUTERS/Lionel Bonaventure

“Sachant que les 70.000 détenus qui peuplent nos prisons représentent un coût journalier de 100 euros à l’Etat, il serait logique de les taxer à hauteur de 20% du coût de fonctionnement de leur séjour”, écrit dans un communiqué l’ancien candidat souverainiste à l’élection présidentielle.

A défaut de pouvoir recourir à leurs proches pour s’acquitter de cette somme, “les détenus devront travailler en prison, comme cela était obligatoire jusqu’en 1987”, ajoute-t-il.

Cette idée, notamment soutenue par la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen, est jugée irréalisable par la ministre de la Justice, Nicole Belloubet.

“Ce n’est pas réaliste : commençons d’abord par permettre aux détenus de pouvoir travailler en prison”, a-t-elle déclaré dimanche sur LCI.

“La plupart des prisonniers qui sont dans nos établissements pénitentiaires n’ont pas les moyens, n’ont parfois aucune ressource. Ils n’ont ni physiquement la capacité de travailler, ni les ressources pour pouvoir payer”, a-t-elle ajouté.

Le plan pour les prisons présenté le mois dernier par la garde des Sceaux entend favoriser le travail des détenus, dont 30% environ ont une occupation.

Tous les établissements pénitentiaires appelés à être construits comprendront des lieux pour la formation et le travail, a promis la ministre, qui souhaite faire baisser d’environ 8.000, sur un total de 71.000, le nombre de détenus.

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below