October 5, 2018 / 6:03 AM / 2 months ago

Les républicains confiants dans la nomination du juge Kavanaugh

par Amanda Becker et David Morgan

La commission judiciaire du Sénat des Etats-Unis a reçu jeudi le rapport du FBI sur les accusations d'inconduite sexuelle à l'encontre de Brett Kavanaugh. /Photo prise le 27 septembre 2018/REUTERS/Tom Williams

WASHINGTON (Reuters) - La commission judiciaire du Sénat américain a reçu jeudi le rapport du FBI sur les accusations d’inconduite sexuelle à l’encontre du juge conservateur Brett Kavanaugh, et les premières réactions laissent augurer la confirmation du candidat de Donald Trump à la Cour suprême des Etats-Unis.

Le vote définitif a été programmé samedi par la majorité républicaine à la chambre haute.

Des milliers de manifestants se sont rassemblés devant la Cour suprême pour s’opposer à la nomination de Brett Kavanaugh. Plusieurs centaines d’entre eux ont été arrêtés par la police.

Le rapport du FBI a été transmis à la commission sénatoriale en milieu de nuit par la Maison blanche.

Les démocrates ont jugé l’enquête incomplète. “Ce qu’il y a de plus remarquable dans ce rapport, c’est ce qui n’y figure pas”, a souligné la sénatrice Dianne Feinstein, notant que Kavanaugh, sa principale accusatrice Christine Blasey Ford et plusieurs témoins n’avaient pas été entendus par les enquêteurs.

Mais deux des trois sénateurs républicains modérés dont le vote s’annonce crucial pour la confirmation de Kavanaugh ont eu des réactions plutôt positives.

La sénatrice Susan Collins a parlé d’une enquête “très approfondie” et le sénateur Jeff Flake, à l’origine de la demande d’un complément d’enquête du FBI vendredi dernier, a indiqué qu’aucune information à charge supplémentaire ne figurait dans le rapport.

“Je continue à le lire”, a-t-il cependant ajouté.

L’administration Trump a elle aussi reçu le rapport du FBI et a “très bon espoir” que le Sénat confirme le choix de Brett Kavanaugh, a déclaré un porte-parole de la Maison blanche.

Jusque-là indécise, la sénatrice démocrate Heidi Heitkamp a en revanche annoncé qu’elle voterait contre le magistrat, dont la nomination à vie ancrerait pour longtemps la Cour suprême du côté des conservateurs.

Elle s’est dite toujours préoccupée par le “comportement passé” du juge et a déclaré s’interroger sur son “tempérament, son honnêteté et son impartialité” par allusion à son audition il y a une semaine devant la commission judiciaire du Sénat.

Parmi les démocrates, seul le sénateur Joe Manchin reste indécis. Or les républicains ne contrôlent le Sénat que par la plus courte majorité - 51 contre 49.

FAIBLE MAJORITÉ

Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a annoncé mercredi un vote de procédure, dès vendredi, en préalable à la nomination de Kavanaugh samedi.

“Il est temps de laisser derrière nous cet étalage écoeurant”, a déclaré Mitch McConnell lors d’une allocution devant le Sénat.

“Il n’y a rien dans le rapport que nous ne sachions déjà”, a pour sa part commenté le président républicain de la commission judiciaire du Sénat, Chuck Grassley. “Ces accusations non corroborées ont été rejetées à plusieurs reprises et sans équivoque par le juge Kavanaugh, et ni la commission judiciaire ni le FBI n’ont pu trouver de tierce partie qui puisse attester une quelconque allégation”, a-t-il ajouté.

Lors de son audience devant la commission judiciaire du Sénat, Christine Blasey Ford a déclaré qu’elle ne pouvait pas se souvenir de la date ni du lieu précis de l’agression présumée ni de la manière dont elle était ensuite rentrée chez elle. Elle a néanmoins présenté un compte rendu détaillé de l’incident.

Elle a notamment raconté qu’un Brett Kavanaugh ivre avait tenté de la déshabiller et lui avait mis la main sur la bouche pour l’empêcher de crier. Les deux protagonistes étaient lycéens et les faits remonteraient à 1982.

Trois autres femmes ont également accusé Brett Kavanaugh d’agression ou d’inconduite sexuelle à la suite de Christine Blasey Ford.

L’affaire Kavanaugh, qui intervient un an après la vague de dénonciation de harcèlement sexuel envers les femmes lancée par l’affaire Weinstein, sous le hashtag #metoo, provoque un vif débat aux Etats-Unis, le juge Kavanaugh étant en outre soupçonné par les militantes des droits des femmes de vouloir remettre en cause le droit à l’IVG.

Plusieurs milliers de manifestants dont de nombreuses femmes brandissant des pancartes “Kava-Nope” se sont rassemblés jeudi devant le siège de la Cour suprême pour protester contre son éventuelle nomination.

Avec Nathan Layne, Sarah N. Lynch, Lisa Lambert, Lawrence Hurley et David Alexander; Danielle Rouquié, Eric Faye, Guy Kerivel, Jean-Stéphane Brosse et Jean Terzian pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below