October 3, 2018 / 1:20 PM / 15 days ago

Brexit: La France se prépare sans "caractère agressif", déclare Macron

PARIS (Reuters) - La France se prépare aux conséquences de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, quelle que soit sa forme, sans que ces travaux ne revêtent de “caractère agressif” à l’égard du Royaume-Uni, a déclaré mercredi Emmanuel Macron.

La France se prépare aux conséquences de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, quelle que soit sa forme, sans que ces travaux ne revêtent de "caractère agressif" à l'égard du Royaume-Uni, a déclaré mercredi Emmanuel Macron. /Photo prise le 30 septembre 2018/REUTERS/Thomas Samson

Le chef de l’Etat, dont les propos étaient rapportés par le porte-parole du gouvernement, s’est exprimé alors qu’était présenté au conseil des ministres un projet de loi habilitant le gouvernement à prendre par ordonnance des mesures de préparation.

“Le président de la République a bien insisté : ça n’est en rien un texte avec un quelconque caractère agressif à l’endroit de nos amis britanniques et de nos alliés britanniques mais il est légitime que le gouvernement prépare l’ensemble des cas de figure” et notamment “un Brexit sans accord”, a dit Benjamin Griveaux lors du compte rendu du conseil.

“Ça n’est pas un acte de défiance ni par rapport à l’état de la négociation, ni par rapport à nos partenaires britanniques, c’est ce que nous devons à nos concitoyens, aux Britanniques qui sont sur notre sol et à nos entreprises”, a déclaré à ses côtés la ministre chargée des Affaires européennes, Nathalie Loiseau.

La France et les Européens souhaitent qu’un accord sur le retrait du Royaume-Uni de l’Union soit trouvé avec les Britanniques lors du conseil européen du 18 octobre, a-t-elle une nouvelle fois déclaré.

“Tout les efforts sont faits pour qu’on aboutisse à un bon accord de retrait”, a-t-elle ajouté, alors que les obstacles subsistent, au premier rang desquels le rejet répété du gouvernement britannique de la solution prônée par les Européens pour éviter une frontière physique entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande.

“Nous devons nous préparer à tous les scénarios, y compris celui d’une absence d’accord”, a ajouté Nathalie Loiseau.

Présenté au Parlement à compter de début novembre, le projet de loi prévoit la possibilité d’un accord de retrait comme celle d’un Brexit sans accord et il pourra évoluer en fonction de l’avancée des négociations entre l’UE et le Royaume-Uni.

Le texte vise à protéger les Français ayant vécu au Royaume-Uni et revenant en France et les Britanniques se trouvant en France pour qu’ils “ne se retrouvent pas brutalement en situation irrégulière” le 30 mars 2019. La France attend du Royaume-Uni une réciprocité dans ce domaine.

Concernant la circulation des personnes et des marchandises, “nous devons veiller à une circulation fluide, en particulier dans le tunnel sous la Manche”, a dit Nathalie Loiseau, et organiser les futurs contrôles douaniers, phytosanitaires et réglementaires.

Sont également notamment concernés, la continuité des contrats et des autorisations d’exportations, par exemple pour les matériels militaires et spatiaux à destination du Royaume-Uni.

Jean-Baptiste Vey et Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below