September 30, 2018 / 2:17 PM / 2 months ago

Le RN dira lundi s'il va en cassation contre la saisie pénale

La présidente du Rassemblement national (RN, ex-Front national), Marine Le Pen (photo), a déclaré dimanche qu'elle envisageait bien de se pourvoir en cassation contre la saisie pénale d'une partie de la dotation publique de son parti. /Photo prise le 23 septembre 2018/REUTERS/Christian Hartmann

PARIS (Reuters) - La présidente du Rassemblement national (RN, ex-Front national), Marine Le Pen, a déclaré dimanche qu’elle envisageait bien de se pourvoir en cassation contre la saisie pénale d’une partie de la dotation publique de son parti.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a réduit mercredi à un million d’euros, au lieu de deux, le montant de cette saisie ordonnée le 28 juin dans le cadre de l’enquête sur les assistants parlementaires du parti d’extrême-droite au Parlement européen. Mais elle a confirmé l’ordonnance de saisie dans son principe.

L’avocat de Marine Le Pen, Me Rodolphe Bosselut, a déclaré après la décision de la chambre de l’instruction que le RN se pourvoirait en cassation contre le principe même de la saisie. Mais le parti a laissé jusqu’ici planer un doute sur ce que serait sa décision finale. Marine Le Pen a déclaré à France inter qu’elle annoncerait celle-ci lundi.

“Je souhaite évidemment que nous inscrivions un pourvoi. Il s’agit là d’une question de principe. Je pense que la justice ne peut pas, à titre conservatoire, saisir une dotation publique d’un parti politique”, a-t-elle expliqué.

“Le problème, c’est que nous ne savons pas si l’inscription de ce pourvoi ne va pas nous obliger à renoncer au million que la chambre de l’instruction vient de nous rendre”, a-t-elle ajouté. “Donc, lorsque cette affaire sera tirée au clair, je pourrais vous répondre. Mais ma volonté est évidemment d’inscrire un pourvoi dans ce dossier.”

La justice soupçonne le parti de Marine Le Pen d’avoir mis en place un système frauduleux pour rémunérer ses permanents avec des deniers européens. Le Parlement européen estime le préjudice à sept millions d’euros.

Les dirigeants du RN, dont la présidente a atteint en 2017 le second tour de l’élection présidentielle, ont dénoncé dans la saisie ordonnée par les juges d’instruction une “atteinte démocratique” contre leur parti.

Priée de dire comment elle envisageait de financer la campagne du RN pour les européennes, Marine Le Pen a déclaré qu’elle allait “tenter” de contracter un emprunt.

“Aujourd’hui, aucune banque, ni française ni européenne, ne veut nous prêter pour les élections”, a-t-elle cependant dit.

Emmanuel Jarry

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below