September 30, 2018 / 10:12 AM / 3 months ago

Macron veut s'engager dans la campagne pour les européennes

PARIS (Reuters) -  Emmanuel Macron entend s’engager dans la campagne pour les élections européennes l’an prochain même s’il assure que le scrutin n’aura aucun impact sur sa politique de réformes, qu’il entend poursuivre, rapporte le JDD.

 Emmanuel Macron entend s'engager dans la campagne pour les élections européennes l'an prochain même s'il assure que le scrutin n'aura aucun impact sur sa politique de réformes, qu'il entend poursuivre /Photo prise le 29 septembre 2018/REUTERS/Thomas Samson

“Je m’impliquerai car je crois à une campagne pour une Europe de l’ambition et de l’avenir, des démocrates et des progressistes. C’est un combat de civilisation, un combat historique, et je ne céderai rien aux extrêmes”, a-t-il dit dans des confidences recueillies par le journal en marge de son déplacement aux Antilles.

“Je ferai tout pour que les progressistes, les démocrates et ceux dont je porte la voix –  je l’espère incarnée par une liste la plus large possible en France – se fassent entendre”, a indiqué le chef de l’Etat.

“Je ne suis pas un européiste, ni un mondialiste. Je crois à l’identité forte de chaque peuple, je crois à l’histoire et à l’ambition de notre peuple. Je veux le convaincre que l’Europe, c’est ce qui l’accompagne, le protège”, a-t-il ajouté, “je suis pour tourner la page d’une Europe ultralibérale, mais aussi pour éviter la page d’une Europe des nationalismes”.

Pour autant, le président souligne que le scrutin “n’aura aucun impact sur la politique que le gouvernement doit mener”, ne pouvant être assimilé aux élections de mi-mandat présidentiel aux Etats-Unis.

“Le mandat du chef de l’État, c’est cinq ans. Je travaillerai jusqu’au dernier jour. Nous avons une majorité parlementaire qui nous permettra de le faire”, dit encore le chef de l’Etat, toujours cité par le JDD.

“En aucun cas je ne changerai de politique”, poursuit-il, “Je me suis engagé à procéder aux transformations que notre pays, depuis des décennies, avait évité par le petit jeu du tic-tac de droite et de gauche ou par les lâchetés, petites ou grandes”.

Pour Emmanuel Macron, “il faut poursuivre la transformation en profondeur : la réforme de l’assurance chômage, la refondation de notre système de santé et de nos politiques de lutte contre la pauvreté, la réforme de la fonction publique, du secteur énergétique et de la mobilité”.

Il promet ainsi “des décisions lourdes sur les religions et leur organisation”, dans un allusion à l’islam de France, “la transformation de notre système de retraites et de prise en charge de la dépendance, qui vont jalonner les prochains mois “.

“J’ai donné le cap le 9 juillet dans mon discours au Congrès  : il ne dévie pas d’un pouce. Le chantier des réformes à venir ne sera pas moins ambitieux que l’an passé”, déclare-t-il en assurant que la chute de sa popularité ne changera rien à ses ambitions en la matière.

“On est dans ce moment où beaucoup de dirigeants politiques ont cédé avant moi, celui où les résultats des réformes menées ne sont pas encore perceptibles mais où il faut plus que jamais continuer à les faire. Moi, je ne céderai pas à la facilité.”

Yann Le Guernigou, édité par Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below