September 29, 2018 / 9:14 AM / 2 months ago

Indonésie: Plus de 400 morts aux Célèbes, le bilan risque de s'alourdir

PALU, Indonésie (Reuters) - Le bilan du séisme de magnitude 7,5 et du tsunami qui ont frappé vendredi l’île des Célèbes en Indonésie s’élève désormais à 420 morts et devrait encore s’alourdir dimanche au fur et à mesure que les secours atteindront les zones les plus reculées, selon l’agence de prévention des catastrophes.

Le bilan du séisme de magnitude 7,5 et du tsunami qui ont frappé vendredi l'île des Célèbes en Indonésie s'élève désormais à 420 morts et devrait encore s'alourdir dimanche au fur et à mesure que les secours atteindront les zones les plus reculées. /Photo prise le 29 septembre 2018/REUTERS/Antara Foto/Rolex Malaha

Selon le vice-président indonésien Jusuf Kalla, le bilan définif pourrait se chiffrer en milliers de morts.

Des dizaines de personnes sont toujours prises au piège dans les décombres d’un hôtel de la ville côtière de Palu, où des vagues de près de six mètres de haut ont déferlé au crépuscule.

Des centaines de personnes s’étaient rassemblées sur la plage pour préparer une fête de la ville lorsqu’un mur d’eau s’est fracassé sur le rivage, emportant dans la mort des dizaines d’habitants et détruisant tout sur son passage.

Le directeur de l’agence nationale de gestion des catastrophes (BNPB), Willem Rampangilei, a déclaré samedi soir à la presse que le bilan humain à Palu, une ville de près de 300.000 habitants, atteignait 420 morts.

“On estime que 10.000 réfugiés sont disséminés sur 50 sites à Palu”, a-t-il dit, cité par le site d’informations Kompas. “Nous avons des difficultés à déployer de l’équipement lourd pour retrouver des victimes dans les décombres des bâtiments car de nombreuses routes conduisant à Palu sont endommagées.”

Le président indonésien Joko Widodo devait visiter plusieurs centres d’hébergement ce dimanche.

Des vidéos amateurs diffusées par les chaînes de télévision locales et sur les réseaux sociaux montrent les vagues s’engouffrant dans les bâtiments du littoral, ravageant les maisons et dispersant des conteneurs.

“Quand la menace du tsunami s’est présentée hier, les gens vaquaient encore sur la plage; ils ne se sont pas enfuis tout de suite et sont devenus des victimes”, a déclaré Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole du BNPB lors d’un point de presse à Djakarta.

800 KM/H

Plusieurs milliers d’habitations, ainsi que des hôpitaux, des centres commerciaux et des hôtels se sont effondrés et un pont a été emporté, a-t-il ajouté. La principale autoroute menant à Palu a été coupée par un glissement de terrain.

“Le tsunami n’est pas venu tout seul, il a entraîné des voitures, des troncs d’arbres, des maisons”, a expliqué le porte-parole du BNPB, ajoutant qu’en pleine mer, les vagues du tsunami avaient pu atteindre une vitesse de 800 km/h.

Selon Sutopo Purwo Nugroho, il pourrait y avoir des dégâts très importants ainsi que d’autres victimes le long de la côte au nord de Palu. Ce secteur, appelé Donggala, est plus proche de l’épicentre du séisme.

“Nous recevons maintenant des informations limitées sur les destructions à Palu, mais nous n’avons rien sur Donggala et cela est extrêmement inquiétant. Plus de 300.000 personnes y vivent”, a déclaré la Croix-Rouge dans un communiqué. Son personnel, accompagné de bénévoles, est en route pour les zones touchées.

“C’est déjà une tragédie, mais cela pourrait être bien pire”, ajoute la Croix-Rouge.

Le vice-président Jusuf Kalla a dit craindre que le nombre de morts ne se chiffre en milliers.

Plus de la moitié des 560 détenus de la prison de Palu se sont évadés lorsque les murs se sont effondrés vendredi à cause du séisme, a rapporté l’agence de presse Antara.

“C’était très dur pour les gardes d’empêcher les détenus de s’enfuir car eux-mêmes étaient paniqués et devaient sauver leur propre vie”, a expliqué le directeur de l’établissement.

POLÉMIQUE SUR L’ALERTE

L’hôtel Roa-Roa a été complètement rasé par la secousse sismique. “Tout ce que l’on sait est que 24 clients ont pu sortir et qu’un autre est décédé”, a déclaré le propriétaire de l’hôtel, Ko Jefry, à la chaîne Metro TV samedi soir. “On estime que 50 à 60 personnes sont toujours piégées.”

L’institut météorologique et de géophysique indonésien, le BMKG, a lancé une alerte au tsunami et l’a levée 34 minutes plus tard. Beaucoup le lui reprochent, alors que les autorités assurent que les vagues ont déferlé avant la levée de l’alerte.

Des avions militaires chargés d’aide humanitaire ont décollé de Djakarta et d’autres villes, ont annoncé les autorités qui précisent que la piste et la tour de contrôle de l’aéroport de Palu ont été endommagées. L’aéorport a toutefois rouvert dimanche pour un nombre limités de vols commerciaux.

L’Indonésie, située sur la ceinture de feu du Pacifique, est régulièrement touchée par des tremblements de terre. Le plus dévastateur est survenu le lendemain de Noël 2004. Ce 26 décembre, un séisme de magnitude 9,5 a provoqué un tsunami géant qui a tué 226.000 personnes le long des côtes de l’océan Indien, dont plus de 126.000 en Indonésie.

Les Célèbes (Sulawesi en indonésien) sont situées à quelques centaines de kilomètres au nord-est de l’île touristique de Lombok, où une série de séismes a fait un demi-millier de morts en août.

Des tsunami s’étaient déjà produits en 1927 et en 1968 à Palu, selon le BNPB.

Pigiste Reuters à Palu, Agustinus Beo Da Costa, Gayatri Suroyo, Fransiska Nangoy et Kanupriya Kapoor à Djakarta; Jean-Philippe Lefief, Danielle Rouquié, Jean-Stéphane Brosse et Nicolas Delame pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below