September 20, 2018 / 12:19 PM / 2 months ago

Des migrants évacués d'un square dans le centre de Nantes

L'évacuation de migrants d'un square du centre-ville de Nantes (Loire-Atlantique) a débuté jeudi matin, conformément à une décision rendue la veille par le juge des référés du tribunal administratif. /Photo prise le 17 septembre 2018/REUTERS/Stéphane Mahé

NANTES (Reuters) - L’évacuation de migrants d’un square du centre-ville de Nantes (Loire-Atlantique) a débuté jeudi matin, conformément à une décision rendue la veille par le juge des référés du tribunal administratif.

Le début des opérations, encadrées par un important dispositif policier, s’est déroulé sans heurts, a constaté un journaliste de Reuters.

Des hommes en combinaison blanche démontaient des tentes et enlevaient des déchets jonchant le square Jean-Baptiste Daviais, où des cas de gale ou de tuberculose ont été signalés.

La maire de Nantes, Johanna Rolland, a précisé que 698 personnes avaient été “mises à l’abri” dans des gymnases municipaux. Au total, 560 migrants avaient été dénombrés la veille devant le tribunal.

Les tentes ne leur seront pas restituées mais “stockées” par la ville, a dit l’élue socialiste.

L’Etat et l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii) ont été sommés par le juge “d’identifier les personnes vulnérables et les mineurs non accompagnés, de mettre en place un dispositif d’accès aux soins médicaux (...), de les accompagner dans leurs démarches administratives et d’assurer (...) la distribution quotidienne de deux repas à l’ensemble des personnes transférées”.

L’administration devra aussi “orienter dès que possible” les migrants vers des dispositifs d’accueil correspondant à leur situation administrative sur l’ensemble du territoire français, “dès lors que le site mis en place pour la mise à l’abri des migrants (...) n’a pas vocation à durer dans le temps”.

Le même tribunal administratif de Nantes avait ordonné en juillet une première expulsion du square, mais les migrants y étaient revenus quelques semaines plus tard après avoir été évacués du squat où ils avaient trouvé refuge.

Guillaume Frouin, édité par Simon Carraud

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below