September 18, 2018 / 6:05 PM / 3 months ago

La commercialisation du lait infantile de Craon autorisée

PARIS (Reuters) - La reprise de la commercialisation de lait infantile produit par Celia–Lactalis à Craon (Mayenne), à l’origine d’une intoxication à la salmonelle de 204 bébés, a été autorisée mardi, a annoncé le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

La reprise de la commercialisation de lait infantile produit par Celia–Lactalis à Craon (Mayenne), à l'origine d'une intoxication à la salmonelle de 204 bébés, a été autorisée mardi, a annoncé le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation. /Photo d'archives/REUTERS/Stéphane Mahé

“Les conditions sont aujourd’hui réunies pour autoriser la mise sur le marché”, écrit le ministère dans un communiqué.

“L’activité de l’établissement reste toutefois strictement encadrée par le préfet de la Mayenne”, poursuit-il. “Des inspections régulières et inopinées de l’entreprise sont également programmées.”

Selon l’Institut Pasteur, cette contamination à la salmonelle a concerné 204 bébés entre 2005 et 2017.

La production du site de Craon avait été arrêtée le 8 décembre 2017 et les produits avaient été rappelés.

L’organisation non gouvernementale Foodwatch a dénoncé une reprise de la commercialisation “précipitée et inacceptable”.

“Nous n’avons aucune garantie que les nombreux dysfonctionnements dans l’affaire Lactalis, qui vont bien au-delà des aspects sanitaires, ne vont pas se reproduire”, ajoute sa directrice, Karine Jacquemart, dans un communiqué.

Le PDG de Lactalis, premier groupe laitier mondial, Emmanuel Besnier, avait évoqué en juin un “accident” devant une commission d’enquête parlementaire et démenti toute “responsabilité à l’intérieur de l’usine”.

La justice a ouvert une enquête préliminaire le 22 décembre.

L’Association des familles de victimes de Lactalis (AFVLCS) a porté plainte pour dissimulation de preuves fin août, après des révélations sur le vol à la Direction générale de la concurrence, la consommation et la répression des fraudes (DGCCRF) d’un ordinateur contenant des documents relatifs à cette contamination.

La DGCCRF avait assuré qu’aucun document issu de l’enquête pénale à laquelle elle participe n’avait été dérobé.

Jean-Baptiste Vey, édité par Emmanuel Jarry

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below