September 17, 2018 / 2:43 PM / 3 months ago

Macron exclut une réforme des droits de succession

Emmanuel Macron "exclut formellement" pendant son quinquennat une réforme des droits de succession, une mesure évoquée et défendue vendredi par le délégué général du mouvement présidentiel Christophe Castaner. /Photo prise le 15 septembre 2018/REUTERS/Christophe Petit Tesson

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron “exclut formellement” pendant son quinquennat une réforme des droits de succession, une mesure évoquée et défendue vendredi par le délégué général du mouvement présidentiel Christophe Castaner, a-t-on appris lundi dans l’entourage du chef de l’Etat.

“Le président de la République a formellement exclu toute modification des droits de succession sous sa présidence”, a-t-on indiqué.

Le délégué général de La République en marche (LaRem), Christophe Castaner, avait annoncé vendredi le lancement d’une réflexion sur une réforme de l’impôt sur les successions, qu’il considère comme une “inégalité fondamentale”. Il avait toutefois précisé qu’il s’agissait de “propositions” qui seraient “reprises, ou pas” par l’exécutif.

LaRem a “pris acte” lundi de la mise au point présidentielle sur ce sujet politiquement très sensible.

“Le président de la République a fait savoir qu’il n’entendait pas poursuivre cette réflexion sur les droits de succession. Le mouvement en prend acte”, écrit le mouvement dans un communiqué.

“À la tête de LaRem je continuerai à faire vivre le débat et porter les idées qui pourront se traduire ou non dans la réalisation de l’exécutif. C’est l’essence-même de ce mouvement que de proposer”, souligne Christophe Castaner, qui est aussi secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement.

Dans une note confidentielle révélée en juin, les économistes Philippe Aghion, Philippe Martin et Jean Pisani-Ferry avaient suggéré entre autres “une taxation plus lourde des très grosses successions” afin de “rééquilibrer” la politique du chef de l’Etat, perçu comme le “président des riches”.

Selon un sondage Opinionway publié en mars, 80% des Français ne sont pas favorables aux droits de succession. Parmi eux, 75% estiment que le patrimoine transmis a déjà été imposé lorsque la personne décédée était en vie et 49% jugent que l’on “paye déjà trop d’impôts en France”.

Marine Pennetier et Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below