September 7, 2018 / 12:57 PM / 2 months ago

Pénicaud dit croire à la négociation sur l'assurance-chômage

PARIS (Reuters) - La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, affiche dans une interview publiée vendredi par Le Monde sa confiance dans la possibilité de réformer l’assurance-chômage par la négociation malgré la méfiance exprimée par des partenaires sociaux lors du premier round de discussions qui vient de s’achever.

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, affiche dans une interview publiée vendredi par Le Monde sa confiance dans la possibilité de réformer l'assurance-chômage par la négociation malgré la méfiance exprimée par des partenaires sociaux lors du premier round de discussions qui vient de s'achever. /Photo prise le 5 septembre 2018/REUTERS/Thibault Camus

“Je fais le pari que la négociation est possible mais c’est entre leurs mains”, déclare-t-elle.

Le document de cadrage fixant les grandes lignes de la négociation sur l’assurance-chômage sera envoyé aux partenaires sociaux “autour du 20 septembre”, précise-t-elle.

Muriel Pénicaud assure que la baisse des indemnités n’est pas une fatalité et ne se dit pas attachée à une piste en particulier, comme la dégressivité des allocations.

Mais elle insiste sur la nécessité de réduire l’endettement de l’Unedic, l’organisme gestionnaire de l’assurance-chômage, et précise que le document de cadrage fixera un objectif.

“Le débat portera sur le niveau et la rapidité de ce désendettement”, précise la ministre du Travail.

“Le retour à l’activité durable est la raison première de ces négociations mais ce serait irresponsable de fermer les yeux sur la dette accumulée par l’Unedic”, explique-t-elle : “35 milliards d’euros, soit l’équivalent d’un an de cotisations.”

“La réduction progressive de cet endettement est une condition de viabilité de l’Unedic et nous allons discuter avec les partenaires sociaux des voies et moyens pour le faire.”

Muriel Pénicaud dit également que la future réforme aura “forcément une incidence” sur l’allocation de solidarité spécifique (ASS), qui relève de la solidarité et est versée aux chômeurs de longue durée en fin de droits Unedic. Mais elle ne précise pas quel type d’incidence.

En matière de santé au travail, la ministre précise que des discussions sur la méthode seront menées avec les partenaires sociaux d’ici à la première quinzaine d’octobre et que les travaux sur le fond dureront jusqu’en janvier ou février.

“Un projet de loi devrait être présenté au printemps ou au début de l’été 2019”, ajoute-t-elle.

Emmanuel Jarry, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below