September 6, 2018 / 8:35 AM / 13 days ago

Evacuation d'un camp de migrants à Grande Synthe

LILLE (Reuters) - Les forces de l’ordre ont entrepris jeudi matin l’évacuation d’un campement d’environ 500 personnes à Grande-Synthe, à proximité de Dunkerque, a annoncé la préfecture du Nord. 

Les forces de l'ordre ont entrepris jeudi matin l'évacuation d’un campement d’environ 500 personnes à Grande-Synthe, à proximité de Dunkerque. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer

Des agents de la police aux frontières et des CRS ont encerclé vers 7h30 ce campement de fortune, installé à proximité d’un centre Emmaüs et longé par des voies ferrées.

“Il s’agit d’une opération programmée de mise à l’abri, menée pour démanteler le camp. C’est l’exécution d’une décision de justice”, a expliqué la Préfecture.

Interrogé par BFM TV, le ministre de l’Intérieur a réaffirmé la volonté du gouvernement d’empêcher des camps de migrants comme l’ancienne “jungle” de Calais de se reconstituer.

“Sur Calais, on est aujourd’hui à 350-400 migrants quand il y en avait 7.000 il fut un temps”, a dit Gérard Collomb. “Les gens de Calais m’ont dit que les touristes sont revenus (...) Je veux que les Français puissent avoir une vie normale.”

“Il y avait une fixation qui était en train de se faire sur Grande Synthe”, a-t-il ajouté. “Nous ne voulions pas que cela se fasse, de manière à ce que ces régions puissent à nouveau se remettre sur pied.”

La préfecture a évalué à environ 500 le nombre de migrants regroupés à Grande Synthe. Selon une source municipale et des associations, ils seraient 100 à 300 de plus. Des autobus ont été affrêtés par la préfecture pour acheminer ces migrants vers des centres d’accueil après avoir distingué sur place les demandeurs d’asile des autres.

L’opération de démantèlement devait durer toute la journée.

La ville de Grande-Synthe avait installé et financé en 2016 un camp humanitaire, “La Linière”, aux normes internationales, avec Médecins sans Frontières. Ce camp a reçu jusqu’à 2.000 personnes avant sa destruction par un incendie en avril 2017.

Pierre Savary, avec Julie Carriat à Paris, édité par Emmanuel Jarry

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below