September 4, 2018 / 11:51 AM / 3 months ago

Ferrand favori pour remplacer de Rugy à la présidence de l'Assemblée

PARIS (Reuters) - Le chef de file des députés La République en Marche, Richard Ferrand, est favori pour succéder à François de Rugy à la présidence de l’Assemblée nationale, a-t-on appris mardi de sources parlementaires concordantes.

Richard Ferrand est favori pour succéder à François de Rugy à la présidence de l'Assemblée nationale, a-t-on appris mardi de sources parlementaires concordantes. /Photo d'archives/REUTERS/Etienne Laurent

L’Elysée a annoncé la nomination de François de Rugy au poste de ministre de la Transition écologique et solidaire, en remplacement de Nicolas Hulot.

A l’instar des autres groupes, LaRem doit désigner un candidat pour lui succéder en vue d’un vote dans l’hémicycle où le parti présidentiel est majoritaire. Les prétendants de la majorité ont jusqu’à mercredi soir pour se faire connaître, en vue d’un vote interne mardi lors des journées parlementaires LaRem de Tours (Indre-et-Loire).

Le scrutin final impliquant tous les députés aura lieu le 12 septembre, date du début de la session extraordinaire de l’Assemblée. D’ici là c’est Carole Bureau-Bonnard, vice-présidente LaRem de l’Assemblée, qui assure l’intérim au “Perchoir”.

Richard Ferrand n’a jamais caché son désir de briguer le poste de quatrième personnage de l’Etat, alors que les règles instaurées par l’actuel pouvoir prévoient une remise en jeu des postes à responsabilité de l’Assemblée à mi-mandat, fin 2019.

“Il a une forte légitimité en ‘macronie’, une solide connaissance de l’institution et de bonnes relations avec les présidents des groupes d’opposition”, dit un proche.

Yaël Braun-Pivet, qui s’est fait remarquer à la tête de la commission des Lois à la faveur de “l’affaire Benalla”, a dit à Reuters qu’elle se portait également candidate. Le député écologiste LaRem François-Michel Lambert a quant à lui émis sur LCI le souhait que Barbara Pompili, autre élue à la fibre “verte”, brigue elle aussi la présidence.

Plusieurs députés se sont d’ores et déjà prononcés en faveur de Richard Ferrand. Tel Florian Bachelier, premier questeur de l’Assemblée, qui apporte dans un communiqué un “soutien sans réserve” à la “candidature naturelle” de l’élu breton.

Un avis partagé par Aurore Bergé, porte-parole du groupe. “Richard Ferrand est le candidat naturel de notre groupe pour la présidence de l’Assemblée, je souhaite qu’il puisse le devenir”, a-t-elle déclaré à Reuters.

Député du Finistère, proche d’Emmanuel Macron, Richard Ferrand est brièvement entré au gouvernement en mai 2017 avant de se retirer en raison d’ennuis judiciaires concernant un bien immobilier acquis à Brest par sa compagne, puis loué aux Mutuelles de Bretagne, dont Richard Ferrand était alors le directeur général (1998-2012).

LFI RÉCLAME UNE FEMME À LA PRÉSIDENCE

Richard Ferrand a bénéficié d’un classement sans suite en octobre 2017. Mais l’affaire a rebondi en janvier 2018 avec l’ouverture d’une information judiciaire pour prise illégale d’intérêts après une plainte avec constitution de partie civile de l’association Anticor. Le dossier a été délocalisé de Paris à Lille.

La menace d’une mise en examen pèse donc sur le candidat à la présidence de l’Assemblée, comme le fait sévèrement remarquer un élu LaRem. “Je ne le vois pas comme candidat naturel : ce n’est ni le ‘Nouveau monde’, ni le dialogue, ni l’autorité, ni l’exemplarité”, assène ce député sous couvert d’anonymat.

Pour La France insoumise, qui proposera Mathilde Panot pour la présidence, une candidature féminine serait bienvenue. “On pense que c’est au tour d’une femme de présider l’Assemblée et ce serait à LaRem de le faire”, dit une source au groupe.

Interrogé par Reuters, le député LFI Eric Coquerel juge pour sa part que le future présidence “ne saurait être pire que celle de M. de Rugy qui a oublié qu’il présidait l’Assemblée et pas un groupe” et servait de “courroie de transmission de l’Elysée.”

Premier groupe d’opposition, Les Républicains s’interrogent sur l’intérêt de présenter un candidat au “perchoir”, comme en juin 2017, “vu l’intérêt relatif que cela présente”. Quant à la candidature de Richard Ferrand, “elle est logique”, juge une source au groupe dirigé par Christian Jacob.

Le jeu des chaises musicales a également commencé pour remplacer, le cas échéant, Richard Ferrand à la tête des troupes LaRem. Les noms de Gilles Le Gendre, Aurore Bergé et Hugues Renson circulaient mardi.

Edité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below