August 31, 2018 / 2:10 PM / 19 days ago

France: Les anti-EuropaCity saluent les demandes du gouvernement

PARIS (Reuters) - Le collectif des opposants au mégaprojet EuropaCity se félicite vendredi de la demande de l’Etat de modifier des aspects commerciaux et environnementaux du parc d’activités, des amodiations défendues par le promoteur immobilier comme le signe d’une “discussion constante”.

Selon les informations du journal Le Monde, l’Etat exige que la société Alliages et Territoires corrige sensiblement le projet à la faveur de l’expiration du protocole signé en 2015 entre l’aménageur et le promoteur, à la fin de cette année.

La société est notamment appelée à améliorer l’empreinte carbone et la consommation en sols du projet, son impact social en terme d’emploi local, et ses effets sur les commerces alentours, dans le Val-d’Oise et la Seine-Saint-Denis.

Le directeur général d’Alliages et Territoires, Benoît Chang, assure que ces amendements font partie d’une feuille de route déjà avancée par le groupe : “Tout ça était prévu, on ajuste, on améliore”, dit-il.

En matière d’emploi, “l’Etat a des demandes qui sont parfaitement légitimes et que l’on comprend parfaitement”, ajoute-t-il.

Le collectif “Europas du Tout”, opposé au projet dénoncé comme néfaste aux commerces locaux et à la biodiversité dans les dernières terres agricoles de la zone, veut y voir au contraire un début de désaveu.

“Avec l’expression de ses nouvelles exigences, l’Etat reconnaît clairement avoir pris en compte la toxicité d’EuropaCity et fait un premier pas important vers sa remise en cause”, estime-t-il dans un communiqué.

“Il ne lui reste plus qu’à aller au bout de sa logique et faire acter, à la faveur du protocole qui doit être actualisé, son abandon pur et simple au nom de l’intérêt général”, considèrent les opposants.

En juillet, le commissaire enquêteur saisi du dossier a émis un avis favorable sur l’utilité publique du projet, une nouvelle saluée comme le signe d’une dynamique favorable par le promoteur.

Au plan judiciaire, l’annulation de la création de la ZAC du “Triangle de Gonesse” où doit s’implanter EuropaCity par le tribunal administratif de Cergy-Pontoise, dont l’Etat a fait appel, sera tranchée en 2019 par la cour d’appel de Versailles.

Julie Carriat, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below