August 27, 2018 / 3:52 PM / 2 months ago

Macron veut réformer le G7, "théâtre d'ombres et de divisions"

PARIS (Reuters) - La France, qui assumera l’an prochain la présidence tournante du G7, souhaite réformer et renouveler le format et les ambitions de ce “théâtre d’ombres et de divisions”, a annoncé lundi Emmanuel Macron, trois mois après un sommet au Canada traversé par des lignes de fracture.

La France, qui assumera l'an prochain la présidence tournante du G7, souhaite réformer et renouveler le format et les ambitions de ce "théâtre d'ombres et de divisions", a annoncé lundi Emmanuel Macron. /Photo prise le 27 août 2018/REUTERS/Philippe Wojazer

Quelques heures après l’annonce d’un communiqué commun, le président américain Donald Trump s’était fendu en juin d’un tweet dans lequel il rejetait les termes de la déclaration finale obtenue après de longues tractations à la Malbaie.

Cette volte-face avait été accueillie froidement par les autres membres du G7, au premier rang desquels la France qui a dénoncé une forme d’’”incohérence” et d’”inconsistance” et appelé à être “sérieux”.

“Nous ne devons pas reproduire ce théâtre d’ombres et de divisions qui nous a davantage affaiblis qu’il ne nous a fait avancer”, a estimé Emmanuel Macron lors de son discours aux ambassadeurs de France réunis à l’Elysée.

“Je souhaite que nous puissions en renouveler les formats et les ambitions”, a-t-il poursuivi. “Je proposerai d’ici à la fin de l’année aux autres pays membres une réforme en lien avec les Etats-Unis qui prendront après nous la présidence du G7 en 2020”.

“Nous devons, en restant un groupe cohérent porté par des niveaux de développement et d’exigence démocratiques communs, nouer un dialogue plus fort avec la Chine sur le climat et le commerce, avec l’Inde sur le numérique, avec l’Afrique sur la jeunesse”, a ajouté le chef de l’Etat français.

Le G7 regroupe la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, le Canada et les Etats-Unis. Le prochain sommet se tiendra du 25 au 27 août 2019 à Biarritz.

Emmanuel Macron avait fait savoir en juin qu’il aimerait que le président russe Vladimir Poutine - dont le pays a été exclu du G7 (qui était alors G8) en raison du conflit en Ukraine - soit présent au sommet de l’année prochaine.

Le chef de l’Etat avait toutefois précisé qu’il faudrait que le président russe “fasse un geste”, notamment concernant la situation dans la région ukrainienne du Donbass.

Marine Pennetier, avec Jean-Baptiste Vey, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below