August 22, 2018 / 1:40 PM / a month ago

Kohler "conserve la confiance" de Macron, selon Griveaux

PARIS (Reuters) - Le secrétaire général de l’Elysée Alexis Kohler, visé cet été par de nouveaux soupçons de conflit d’intérêts, conserve la confiance d’Emmanuel Macron, a indiqué mercredi le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux.

Le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler, visé cet été par de nouveaux soupçons de conflit d'intérêts, conserve la confiance d'Emmanuel Macron, a indiqué mercredi le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux. /Photo prise le 5 juin 2018/REUTERS/Philippe Wojazer

A la question de savoir si le numéro deux de l’Elysée pouvait travailler sereinement en dépit de ces soupçons, il a répondu : “à ce stade il n’y a évidemment aucune raison que le secrétaire général de l’Elysée Alexis Kohler soit d’une quelconque manière empêché dans la tâche qui est la sienne”.

Il s’agit d’”une tâche importante auprès du président de la République qui lui conserve évidemment toute sa confiance”, a-t-il ajouté lors du compte rendu du conseil des ministres de rentrée.

Les conditions dans lesquelles Alexis Kohler a exercé des fonctions publiques en France, tout en ayant des liens avec l’armateur italo-suisse Mediterranean Shipping Company (MSC), sont au coeur d’une enquête ouverte début juin par le parquet national financier (PNF).

A l’origine de cette enquête, une plainte de l’association de lutte anticorruption Anticor pour prise illégale d’intérêt et trafic d’influence contre l’actuel bras droit d’Emmanuel Macron, qui a notamment représenté à partir de 2010 l’Agence des participations de l’Etat (APE) auprès des Chantiers de l’Atlantique/STX France, dont MSC est un client.

Anticor a annoncé le 8 août le dépôt d’une plainte complémentaire pour “prise illégale d’intérêts” à la suite de la publication par Mediapart de nouveaux éléments.

Selon le site d’information, Alexis Kohler aurait notamment approuvé entre 2010 et 2012 des contrats à venir entre une filiale de MSC, fondé et dirigé par les cousins de sa mère, et le grand port maritime du Havre (GPMH) où il siégeait au sein du conseil de surveillance.

Alexis Kohler a fait savoir en juin, via l’Elysée, qu’il avait toujours tenu sa hiérarchie informée de ses liens personnels avec MSC et a dénoncé un “soupçon totalement infondé”.

Marine Pennetier, édité par Simon Carraud

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below