August 22, 2018 / 12:50 PM / 3 months ago

Le gouvernement défend l'efficacité de Parcoursup

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a défendu mercredi les résultats provisoires de la plateforme d’entrée à l’université Parcoursup, au sein de laquelle 60.000 jeunes n’ont toujours pas reçu d’affectation à quelques jours de la rentrée.

Le gouvernement a défendu mercredi les résultats provisoires de la plateforme d'entrée à l'université Parcoursup, au sein de laquelle 60.000 jeunes n'ont toujours pas reçu d'affectation à quelques jours de la rentrée. /Photo d'archives/REUTERS/Benoît Tessier

“Certains souhaiteraient aujourd’hui tirer le bilan d’une procédure qui n’est pas terminée”, a mis en garde Benjamin Griveaux lors du compte-rendu du premier conseil des ministres de la rentrée.

Parmi les 812.049 jeunes inscrits sur Parcoursup, 586.340 ont accepté une proposition, 163.208 ont quitté la plateforme, 15.443 dont 9.000 bacheliers sont en attente d’une place et accompagnés par des commissions et 47.000 sans proposition sont considérés comme inactifs, selon les chiffres officiels.

La fin de la procédure est fixée au 21 septembre et un bilan prévu à la fin du mois de septembre.

“Des milliers de propositions continuent à être faites chaque jour sur la plateforme auxquelles ont accès les personnes qui n’ont pas encore reçu de réponse définitive”, a dit Benjamin Griveaux.

“A ce jour 95% des bacheliers généraux ont reçu au moins une proposition et au total près de 600.000 candidats ont fait leur choix pour la rentrée soit 60.000 de plus que l’année dernière à la même période”, a-t-il poursuivi.

“Chaque candidat qui souhaite s’inscrire dans l’enseignement supérieur recevra une proposition d’admission à la rentrée”, a-t-il assuré.

Benjamin Griveaux a souligné que les candidats considérés comme “inactifs” n’ayant pas répondu aux sollicitations de la plateforme regroupent notamment les inscrits dans les formations non répertoriées, les jeunes partis dans l’emploi ou ayant choisi d’étudier à l’étranger.

La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal a reconnu dans la matinée sur France inter que la rentrée 2018 serait “moins confortable” du point de vue de la gestion administrative des universités, du fait notamment de l’incertitude qui continue de peser sur la liste exacte des inscrits, à l’heure où 95.635 jeunes gardent une proposition en attente.

“Les présidents s’impatientent, c’est vrai, c’est moins confortable.”, a-t-elle déclaré. “C’est eux qui fixent les capacités d’accueil. On a ouvert 30 000 places nouvelles dans les établissements supérieurs, pour faire face aux 35.000 bacheliers supplémentaires”, a-t-elle dit.

Julie Carriat, édité par Myriam Rivet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below