August 21, 2018 / 10:48 AM / 3 months ago

Nouvel appel en France à la libération d'Oleg Sentsov

PARIS (Reuters) - Des dizaines de personnalités du monde politique et culturel français appellent une nouvelle fois, dans une tribune publiée mardi dans Le Monde, à la libération immédiate du cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, détenu en Russie et en grève de la faim depuis 100 jours.

Des manifestantes brandissent des affiches disant "Libérez Oleg Sentsov". Des dizaines de personnalités du monde politique et culturel français appellent une nouvelle fois, dans une tribune publiée mardi dans Le Monde, à la libération immédiate du cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, détenu en Russie et en grève de la faim depuis 100 jours. /Photo prise le 21 août 2018/REUTERS/Valentyn Ogirenko

“Oleg Sentsov peut mourir à tout moment, à chaque minute qui passe”, écrivent les signataires, parmi lesquels figurent l’ancienne garde des Sceaux Christiane Taubira, l’ambassadeur pour les droits de l’homme François Croquette, les cinéastes Jacques Audiard et Bertrand Tavernier, les écrivaines Annie Ernaux et Delphine de Vigan.

“S’il restait aujourd’hui quelque chose à sauver d’une affirmation politique des démocraties européennes, elles le perdraient définitivement avec la mort d’Oleg Sentsov”, ajoutent-ils. “Par son combat, malheureusement mené sans leur soutien réel, Sentsov aura éclairé ce que doivent être les valeurs du XXIe siècle, pour que les démocraties ne répètent pas les erreurs du XXe, en nourrissant elles-mêmes les monstres qui vont les dévorer.”

“Aujourd’hui, au 100e jour de sa grève de la faim, nous réitérons notre appel aux dirigeants européens pour que soient mis en œuvre tous les pouvoirs et moyens de pression pouvant permettre [sa] libération immédiate”.

Une première tribune signée notamment par la ministre française de la Culture Françoise Nyssen avait déjà été publiée dans Le Monde la semaine dernière.

Accusé d’avoir commis des attentats “terroristes” en Crimée, Oleg Sentsov a été condamné en 2015 à 20 ans de colonie pénitentiaire, à l’issue d’un procès qualifié de “stalinien” par Amnesty International.

L’Union européenne avait affirmé de son côté que ce procès violait le droit international et le département d’Etat américain avait dénoncé un “clair déni de justice”.

Oleg Sentsov, qui a plaidé non coupable et a dénoncé un procès politique, a entamé une grève de la faim le 14 mai pour exiger la libération de tous les “prisonniers politiques” ukrainiens détenus en Russie.

Sa cousine Natalia Kaplan a évoqué début août sur son compte Facebook “une situation catastrophique”, indiquant qu’Oleg Sentsov, qui se refuse à demander une grâce, ne pouvait “presque plus se lever”.

Le cas du réalisateur du 42 ans a été abordé récemment par plusieurs dirigeants européens, notamment la chancelière allemande Angela Merkel et Emmanuel Macron, lors de leurs entretiens téléphoniques ou rencontres avec le président russe Vladimir Poutine.

Le chef de l’Etat français a notamment fait par téléphone “plusieurs propositions” à son homologue afin de “trouver de façon urgente une solution humanitaire”, a fait savoir l’Elysée qui n’a pas donné plus de détails.

Un possible échange de prisonniers, entre Oleg Sentsov et un journaliste russe détenu par Kiev, a été écarté en juin par Vladimir Poutine qui a estimé que les deux affaires étaient “totalement différentes”.

Oleg Sentsov a été arrêté “non pas pour ses activités journalistes mais pour préparation d’un attentat terroriste”, a déclaré le président russe.

Marine Pennetier, édité par Myriam Rivet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below