June 9, 2018 / 12:49 PM / 4 months ago

Wauquiez exclut toute alliance LR/LaRem aux municipales

PARIS (Reuters) - Le président du parti Les Républicains (LR), Laurent Wauquiez, a exclu samedi toute alliance avec La République en Marche (LaRem) en vue des municipales de 2020, une éventualité soulevée lundi par le délégué général du parti présidentiel, Christophe Castaner.

Le président du parti Les Républicains (LR), Laurent Wauquiez (photo), a exclu samedi toute alliance avec La République en Marche (LaRem) en vue des municipales de 2020, une éventualité soulevée lundi par le délégué général du parti présidentiel, Christophe Castaner. /Photo prise le 18 avril 2018/REUTERS/Charles Platiau

“C’est hors de question”, a déclaré Laurent Wauquiez dans une vidéo en direct diffusée sur Facebook à l’occasion du “printemps des Républicains”, une opération dans les fédérations ponctuée de meetings des cadres du parti dans différentes régions.

“Je veux qu’on ait des candidats partout”, a-t-il déclaré en dénonçant “ces petites alliances, ces petites tambouilles où on s’entend sur le dos des Français et des électeurs pour surtout se partager le pouvoir”.

Christophe Castaner a précisé en début de semaine que LaRem pourrait soutenir des listes menées par des candidats LR en vue des municipales.

Au-delà de la fin de non-recevoir opposée à cette suggestion, Laurent Wauquiez revendique également le tract “Pour que la France reste la France” dans sa vidéo.

Ce document, dont la tonalité droitière a suscité des critiques jusqu’au sein de la direction de LR, notamment de la part de la vice-présidente du parti, Virginie Calmels, était distribué à l’occasion du “printemps des Républicains” .

“Ce tract (...) je l’ai choisi moi-même (...) et je l’assume totalement”, déclare Laurent Wauquiez.

Egalement interrogé sur ce point lors du journal de 13 heures de TF1, le président de LR a affirmé que “la question de l’identité, c’est une vraie question pour les Français” et a dénoncé “un débat aseptisé avec des politiques qui ont décidé de fermer les yeux sur ce qui se passait dans notre pays”.

Un an après sa cinglante défaite au premier tour de l’élection présidentielle, le principal parti de droite peine encore à incarner une véritable opposition face à la majorité présidentielle et reste partagé sur sa ligne politique.

Myriam Rivet, édité par Henri-Pierre André

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below