June 7, 2018 / 9:49 AM / 2 months ago

Calmels demande à Wauquiez une clarification sur l'Europe

(Reuters) - Virginie Calmels, vice-présidente des Républicains, a demandé jeudi au chef du parti Laurent Wauquiez une clarification de la ligne européenne de sa formation après la publication d’un tract et d’une tribune qui empruntent aux slogans du Front national.

Virginie Calmels (photo), vice-présidente des Républicains, a demandé jeudi au chef du parti Laurent Wauquiez une clarification de la ligne européenne de sa formation après la publication d'un tract et d'une tribune qui empruntent aux slogans du Front national. /Photo prise le 18 avril 2018/REUTERS/Charles Platiau

“Je suis pour une forme de droite décomplexée, je ne suis pas pour une droite populiste ou extrémiste”, a déclaré la numéro deux du parti sur les ondes de France Inter.

Le tract titré “Pour que la France reste la France”, qui doit être distribué ce week-end lors du “printemps des Républicains”, une opération dans les fédérations accompagnée de meetings des membres de l’équipe dirigeante des Républicains, “n’a pas fait l’objet d’une validation par les instances qu’il (Laurent Wauquiez-NDLR) a lui-même créées”, a-t-elle expliqué.

“Pour moi, c’est un dysfonctionnement et j’espère que nous y remédierons collectivement. J’ai toujours pensé qu’on était plus intelligent à plusieurs que tout seul”, a dit Virginie Calmels, ex-proche d’Alain Juppé, qui est très critique de Laurent Wauquiez, notamment sur la politique européenne.

La tribune publiée mardi dans Le Figaro et signée par Laurent Wauquiez, le président des sénateurs LR Bruno Retailleau, celui des députés LR Christian Jacob, et l’eurodéputé Frank Proust, chef de la délégation LR dans le groupe PPE au Parlement européen, l’irrite aussi.

Le texte qualifie l’UE de “laboratoire d’une mondialisation déracinée et apatride, sans identité et sans frontières” et appelle à “[protéger] notre civilisation” contre l’immigration, des thèmes chers à Marine Le Pen dans la campagne pour les élections européennes de mai 2019.

“Si j’ai accepté la main tendue par Laurent Wauquiez (...), c’est parce que je crois que la droite ne survivra que si elle est claire sur ses fondamentaux, sur ses valeurs, et si elle se situe à mi-chemin entre la politique qui est menée par Emmanuel Macron et celle proposée par le Front national, sans pencher d’un côté, ni pencher de l’autre”, a dit Virginie Calmels.

“C’est une synthèse qu’il faut retrouver et c’est à mon sens l’objectif et la mission de Laurent Wauquiez, c’est de rassembler l’ensemble des sensibilités de la droite.”

Elle estime que “ce n’est pas une tribune qui permet de définir une ligne politique” et appelle à ce qu’elle “soit définie, et à ce qu’elle soit claire le plus rapidement possible”.

“Nous avons Conseil national le 30 juin, je pense qu’il faut qu’on sorte des ambiguïtés, je pense que la droite a toujours été pro-européenne, c’est d’ailleurs ce qui la distingue du Front national”, a-t-elle martelé. “Nous, nous sommes des pro-européens.”

Ces remarques sont les critiques les plus fortes de la part d’un haut dirigeant du principal parti d’opposition sur la ligne imprimée par Laurent Wauquiez, qui peine à s’imposer après la déroute de la droite à la présidentielle.

Yves Clarisse, avec Julie Carriat, édité par Elizabeth Pineau

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below