June 6, 2018 / 3:27 PM / 4 months ago

Vers une interdiction du "smartphone" dans les écoles et collèges

PARIS (Reuters) - Les députés examinent jeudi une proposition de loi de La République en marche (LaRem) visant à interdire le téléphone portable dans les écoles et les collèges, une mesure dont la mise en oeuvre suscite des réserves.

Les députés examinent jeudi une proposition de loi de La République en marche (LaRem) visant à interdire le téléphone portable dans les écoles et les collèges, une mesure dont la mise en oeuvre suscite des réserves. /Photo d'archives/REUTERS/Mike Segar

Traduisant une promesse d’Emmanuel Macron, le texte vise à combattre l’usage abusif des écrans par les enfants et la fréquentation des sites pornographiques et le cyberharcèlement, a expliqué le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, lors des questions d’actualité mercredi à l’Assemblée nationale.

Pour la députée LaRem Cathy Racon-Bouzon, rapporteure du texte, “l’école se doit d’être un sanctuaire, une île de protection destinée aux apprentissages et à la socialisation de nos enfants”.

“Nous devons permettre aux enfants de comprendre leur environnement numérique et leur apprendre à utiliser internet et les réseaux sociaux de façon responsable”, ajoute-t-elle.

La proposition de loi, qui entrerait en application dès la rentrée prochaine, vise à interdire l’utilisation d’un téléphone mobile par un élève dans les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges.

L’appareil pourra toutefois être accepté en classe à des fins pédagogiques et dans les lieux où le règlement intérieur l’autorise expressément.

L’inscription dans la loi de cette interdiction présente dans le Code de l’éducation renforce son application, déjà effective dans une partie des établissements.

Sa mise en oeuvre suscite toutefois des réserves de députés et d’organisations de parents comme la PEEP et la FCPE, qui évoquent notamment des problèmes de logistique et de surveillance pour les familles.

Autre sujet de débat : l’interdiction, ou non, de l’usage du téléphone portable par les enseignants et le personnel éducatif.

Certains élus plaident pour l’exemplarité, d’autres invoquent des questions de sécurité.

“Ils nous semble nécessaire d’évoquer ce débat en séance”, a déclaré Cathy Racon-Bouzon devant la presse au Palais-Bourbon.

Selon l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), 93% des 12-17 ans disposaient d’un téléphone portable en 2016.

Les deux tiers (63%) des 11-14 ans sont inscrits sur au moins un réseau social, où ils sont plus de quatre sur dix à mentir sur leur âge, révèle en outre une enquête conjointe de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) et de l’association Génération numérique datant de 2017.

Elizabeth Pineau, édité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below