June 1, 2018 / 7:44 PM / in 20 days

Donald Trump dit qu'il rencontrera bien Kim Jong-un le 12 juin

par Steve Holland et Jeff Mason

Donald Trump et Kim Yong-chol, un haut dirigeant nord-coréen. Le président américain a annoncé vendredi que le sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un se tiendrait finalement comme prévu à l'origine le 12 juin à Singapour. /Photo prise le 1er juin 2018/REUTERS/Leah Millis

WASHINGTON (Reuters) - Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi que le sommet sur les armes nucléaires qu’il avait annulé la semaine dernière avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un se tiendrait finalement comme prévu à l’origine le 12 juin à Singapour.

“Je pense que ce sera probablement un processus très réussi, en fin de compte un succès”, a déclaré Trump aux journalistes sur la pelouse de la Maison Blanche à l’issue d’une rencontre avec Kim Yong-chol, haut dirigeant nord-coréen, dans le Bureau ovale.

Kim Yong-chol, proche collaborateur de Kim Jong-un, a remis une lettre du dirigeant nord-coréen à Donald Trump. Kim Yong-chol est vice-président du Comité central du Parti du travail, le parti unique au pouvoir à Pyongyang.

C’est la personnalité nord-coréenne de plus haut rang à s’être rendue à la Maison blanche depuis la visite en 2000 de Jo Myong-rok, un haut gradé de l’armée populaire de Corée, qui avait rencontré le président américain Bill Clinton.

Trump a d’abord déclaré aux journalistes que la lettre de Kim Jong-un était “une très belle lettre (...), une lettre très intéressante”, mais a ensuite dit qu’il ne l’avait pas ouverte.

Trump a semblé réduire de manière significative les attentes quant aux résultats du sommet historique, le décrivant souvent comme le début d’un processus et non le lieu où les deux dirigeants étaient susceptibles de signer un quelconque accord.

Il a déclaré qu’un certain nombre de réunions pourraient être nécessaires. “Franchement, j’ai dit : ‘Prenez votre temps ‘”, a déclaré Donald Trump.

IMPATIENCE

Il s’agit-là d’un adoucissement spectaculaire du ton employé envers la Corée du Nord par un président qui menaçait l’an dernier de faire pleuvoir du “feu” sur le pays en raison de la menace que ses armes nucléaires et ses missiles de longue portée font peser sur les Etats-Unis.

Le locataire de la Maison blanche veut que la Corée du Nord “dénucléarise”, c’est-à-dire se débarrasse de ses armes nucléaires, en échange d’un allègement des sanctions économiques à son encontre, mais le régime communiste dynastique considère l’arme atomique comme essentielle à sa survie et ne veut pas d’un désarmement unilatéral.

“J’attends avec impatience le jour où je pourrai retirer les sanctions de la Corée du Nord”, a déclaré Donald Trump.

Le président américain avait annulé le sommet prévu le 12 juin jeudi dernier, en évoquant, dans une lettre à Kim Kong-un, “l’hostilité ouverte” de la Corée du Nord.

Parallèlement, le processus de rapprochement entre les deux Corées a été relancé samedi dernier avec une rencontre surprise entre le président sud-coréen Moon Jae-in et Kim Jong-un. Il s’agissait de la deuxième rencontre entre les dirigeants des deux pays en quelques semaines.

La Corée du Nord et la Corée du Sud ont décidé vendredi de se retrouver à deux reprises au mois de juin pour des discussions sur les questions militaires et les réunions des familles séparées par la guerre de 1950-53.

Avec David Brunnstrom and Matt Spetalnick; Danielle Rouquié pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below