June 1, 2018 / 12:39 PM / 6 months ago

Une députée LaRem demande le retrait de Woerth

PARIS (Reuters) - En désaccord avec son groupe, la députée La République en marche Sonia Krimi a demandé vendredi la démission d’Eric Woerth de la présidence de la commission des Finances de l’Assemblée nationale après sa mise en examen en lien avec le financement de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2007.

En désaccord avec son groupe, la députée La République en marche Sonia Krimi (à gauche) a demandé vendredi la démission d'Eric Woerth de la présidence de la commission des Finances de l'Assemblée nationale après sa mise en examen en lien avec le financement de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2007. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Le député Les Républicains (LR) a reçu le soutien des membres de sa commission, dont celui du vice-président du groupe LaRem, Gilles Le Gendre, au lendemain de sa mise en examen dans l’enquête sur les soupçons de financement libyen de la campagne de l’ancien chef de l’Etat.

“La justice doit faire son oeuvre. La mise en examen de M. Woerth affaiblit encore la probité et l’exemplarité des élus politiques”, écrit Sonia Krimi sur son compte Twitter.

“L’honneur de la fonction politique, qui ne doit souffrir aucune exception, implique que M. Woerth quitte la présidence de la commission des Finances”, ajoute la députée de la Manche, elle-même membre de la commission des Affaires étrangères.

Ses propos tranchent avec ceux de Gilles Le Gendre, qui avait apporté mercredi son appui à Eric Woerth, déclenchant les applaudissements des membres de la commission.

“Nous considérons que vous êtes absolument légitime à la tête de cette commission”, a dit le député de Paris. “C’est la position de notre groupe, elle ne variera pas.”

Plusieurs porte-parole du groupe, dont Aurore Bergé, ont eux aussi apporté leur soutien à Eric Woerth, invoquant la présomption d’innocence.

Ce point de vue ne fait pas l’unanimité à La République en marche, où la députée Catherine Fabre a fait part de son malaise dès mercredi sur LCP, évoquant “un problème symbolique”.

“Les Français sont en attente justement d’avoir des politiques exemplaires, et il faudrait vraiment que cette moralisation de la vie politique se concrétise rapidement pour qu’on regagne la confiance de l’ensemble des Français”, a-t-elle déclaré.

Soutenu par Les Républicains après sa mise en examen, Eric Woerth a en revanche fait l’objet de critiques de la part de la présidente du groupe Nouvelle gauche.

Valérie Rabault a fait remarquer que la présidence de la commission des Finances conférait à son collègue “des pouvoirs importants pour aller faire des saisies à Bercy et ne pas avoir de secret fiscal qui soit opposable”.

“C’est à lui d’en juger ou au bureau de l’Assemblée”, a ajouté l’élue socialiste devant l’Association des journalistes parlementaires.

Maire de Chantilly (Oise) de 1995 à 2017, Eric Woerth assistait jeudi à l’Elysée à la réception donnée à l’occasion du lancement de la loterie du patrimoine par le président de la République, Emmanuel Macron.

Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below