June 1, 2018 / 10:34 AM / 20 days ago

Rajoy renversé, Sanchez prend la tête du gouvernement espagnol

par Sonya Dowsett et Julien Toyer

Le socialiste Pedro Sanchez (au centre) est devenu vendredi le nouveau président du gouvernement espagnol après l'adoption par le Parlement d'une motion de censure contre Mariano Rajoy (Parti populaire, droite). /Photo prise le 1er juin 2018/REUTERS/Sergio Perez

MADRID (Reuters) - Le socialiste Pedro Sanchez est devenu vendredi le nouveau président du gouvernement espagnol après l’adoption par le Parlement d’une motion de censure contre Mariano Rajoy, éclaboussé par une affaire de corruption après six années et demie au pouvoir.

Les élus du Congrès des députés, la chambre basse du Parlement, se sont prononcés pour la mise à l’écart du chef du Parti populaire (PP, droite) par 180 voix pour, 169 voix contre et une abstention.

Le Parti socialiste (PSOE) avait entamé cette procédure parlementaire après la condamnation de plusieurs dirigeants du Parti populaire pour corruption.

Pedro Sanchez était quasi certain de devenir le septième président du gouvernement espagnol depuis le retour de la démocratie dans les années 1970, le PSOE étant assuré du soutien de six partis totalisant 180 voix à la chambre basse du Parlement, soit plus que la majorité absolue (176 voix).

Le soutien décisif est venu jeudi du Parti nationaliste basque (PNV) et de ses cinq élus.

Deux partis indépendantistes catalans ainsi que Podemos (gauche), un autre petit groupe basque et un parti des îles Canaries ont également voté contre Mariano Rajoy.

Le parti centriste Ciudadanos (Citoyens), devenu la deuxième force politique derrière le PP et devant le PSOE dans les sondages, lui a en revanche apporté son soutien.

Avec seulement 84 sièges sur un total de 350 au Congrès des députés, les socialistes devraient avoir des difficultés à gouverner, ce qui signifie que des élections anticipées ne sont pas à exclure. Les prochaines élections législatives sont prévues normalement en 2020.

De nombreux observateurs estiment cependant qu’il est peu probable que Pedro Sanchez appelle à un nouveau scrutin avant les élections européennes, municipales et régionales prévues en mai 2019.

DIALOGUER AVEC LA CATALOGNE

Agé de 46 ans, Pedro Sanchez sera investi samedi. Il devrait constituer son gouvernement dans le courant de la semaine prochaine.

Il a déclaré jeudi que s’il prenait le pouvoir, il s’en tiendrait au budget approuvé par Mariano Rajoy et chercherait également à entamer un dialogue avec la Catalogne sécessionniste, où un gouvernement dirigé par Quim Torra a été mis en place sans aucun membre en exil ou en détention.

La Bourse de Madrid a bien réagi à sa nomination. Le taux des emprunts d’Etat espagnols s’est réduit.

“Sanchez s’est engagé à respecter l’orthodoxie européenne et le contrôle des dépenses”, écrivent les analystes d’UBS dans une note. “Nous n’anticipons pas d’impact important sur le rythme de croissance.”

“Nous avons connu un dur réveil des risques politiques en Europe cette semaine (...), mais la situation en Espagne est très différente de celle de l’Italie”, a commenté Michael Metcalfe, responsable de la stratégie macro-économique chez State Street Global Markets.

Un gouvernement dirigé par le M5S et la Ligue d’extrême droite a été investi vendredi après-midi à Rome.

Le parti de gauche Podemos a promis de soutenir Sanchez au Parlement, mais il semble peu probable qu’il exercera une grande influence sur le dirigeant socialiste, qui cherche à attirer l’électorat centriste.

A l’annonce de l’adoption de la motion de censure, les élus de Podemos se sont congratulés avant de scander leur slogan “Podemos” (nous pouvons).

Avant le vote, Mariano Rajoy, 63 ans, avait concédé sa défaite. “C’est un honneur de quitter l’Espagne dans une meilleure situation qu’elle ne l’était”, a-t-il dit.

Rajoy avait pris les rênes d’un pays en pleine récession en décembre 2011 et son mandat a été celui du redressement économique mais aussi d’une sévère politique d’austérité à l’origine de la formation de Podemos.

Arthur Connan et Jean-Stéphane Brosse pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below